/mdt/ - /mdt/ journal club

/mdt/ journal club (179 Réponses)

1 .

Bienvenue au journal club de /mdt/, l'endroit où les STEMlords peuvent batifoler en paix dans un tourbillon de joie.

Règles :
– Poster des articles revus par des pairs (pas de pré-impressions), de préférence récents
– Expliquer en quelques mots pourquoi l'article pourrait intéresser Ânon
– L'article peut venir de n'importe quelle discipline, à condition qu'elle suive un démarche scientifique (les maths sont aussi acceptées)
– Les revues de littérature et les méta-analyses sont acceptées, et même recommandées
– Vous devez inclure un lien vers le texte complet. Sci-hub est acceptable : pour y accéder depuis la France, on peut par exemple utiliser un plug-in qui s'appelle Holà. Mais le mieux, si vous ne trouvez pas de pdf déjà en ligne, c'est de ré-héberger le pdf sur un site comme https://www.docdroid.net/
– Si vous n'êtes pas d'accord avec les auteurs de l'article, il faut pouvoir expliquer précisément pourquoi, ou bien rester silencieux
– Le mépris est formellement interdit
– Spinoza, Lordon et Bourdieu sont priés de rester dans leur fil de contention
– Ne pas se prendre la tête, l'important est de découvrir des trucs

Pour faire rouler la balle, je vous propose cette review d'Aaron Weinschenk à propos de l'influence qu'ont les gènes sur les opinions politiques. C'est plutôt clair et bien expliqué, même quelqu'un qui ne connaît rien à la génétique devrait comprendre. La revue s'abstient de spéculer sur les implications historiques, biologiques et psychologiques de la question, il s'agit avant tout de résumer les résultats qui permettent de dire dans quelle mesure nos génomes ont (ou pas) une influence sur nos opinions. C'est donc une bonne façon de savoir où est la limite entre ce qui est connu à l'heure actuelle et ce qui reste à découvrir.

Article : https://doi.org/10.1016/j.cobeha.2020.03.012
Texte complet : https://www.gwern.net/docs/genetics/heritable...

2 .

>>1
Merci BDK, ça faisait longtemps que je n'ai pas eu l'impression de lire quelque chose d'aussi décevant.

3 .

Ça me semble pas super pertinent d'avoir un fil dédié juste pour ça. Le Ctrl+V me paraissait suffisant.

on peut par exemple utiliser un plug-in qui s'appelle Holà Ça c'est du malware et ce n'est pas une bonne chose de le recommander (voir https://en.wikipedia.org/wiki/Hola_(VPN) ).

4 .

>>3
Merci de nous prévenir, c'est vraiment ultra malhonnête comme procédé.
HeadquartersIsrael Non mais vraiment, là c'est exprès.

5 .

>>3
OK, je ne savais pas. Enfin bon, je l'allume juste au moment de débloquer la page, puis je l'éteins donc ça devrait aller. Une alternative à nous suggérer ?

6 .

BDK est donc un agent du Mossad cherchant à ficher et espionner tous les opposants à l'évopsy.
Intéressant.

7 .

>>2
Hélas oui Ânon, la recherche progresse à petits pas. Les trouvailles les plus spectaculaires sont plus attirantes pour le grand public, mais ce sont aussi souvent les moins solides. Comme dirait https://homepage.univie.ac.at/noichlm94/posts... , si tu en as entendu parler, ce ne sera probablement pas reproductible.

8 .

>>6
L'article en OP ne parle ni de déterminisme biologique, ni d'évopsy. Double homme de paille.

9 .

>>5
Pour accéder à sci-hub le plus simple c'est de changer de DNS. Tu peux prendre celui de la FDN par exemple :
https://www.fdn.fr/actions/dns/

10 .

Je rejoins >>3 sur le fait qu'on devrait rester sur ctrl+v. Notre auto-gestion du fil n'est pas si éloigné des règles imposées par PO. Pareil la génétique devient vite lourd ici.

>>7
Les trouvailles les plus spectaculaires sont plus attirantes pour le grand public Tu penses que ça peut être une bonne raison pour ne pas publier les expériences ratées ?

11 .

>>10
Notre auto-gestion du fil n'est pas si éloigné des règles imposées par PO. « Le mépris est formellement interdit » Hahaha, elle est bien bonne !

12 .

>>11
Règle brisée dès la première réponse mais j'avoue que je me suis abstenu de poster, sinon ça aurait été quelque chose du même tonneau que >>2.

13 .

>>8
Tu ne nies donc pas être un agent du Mossad.

14 .

>>11
Qu'est-ce qui t'as empêché d'être méprisant ici ?
Blague à part, je trouve qu'on est tranquille ses derniers jours, pas de gros caca nerveux, ni de troll velu. Sauf si je les ai loupés.

15 .

>>9
J'ai essayé de le mettre en place, et on dirait que mon ordi l'utilise, mais je n'ai toujours pas accès à sci-hub. J'ai dû faire un truc de travers.
Quand je fais "ping sci-hub.tw", ça a l'air de répondre, mais quand je fais "resolvectl query sci-hub.tw", l'adresse qui s'affiche est 127.0.0.1. Ça me paraît bizarre.

16 .

https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1844
Le pdf est en accès libre.
C'est un compte rendu d'essai clinique, la conclusion est que l'hydroxychloroquine n'a pas d'effet sur le Covid-19. Certes l'échantillon n'est pas grand.

17 .

>>15
Utilise TOR.

18 .

>>16
RIP petit ange. Bon en fait, pas totalement RIP vu qu'une étude précédente trouvait un effet sur des cas d'infection moins sévères. Ce qui me rend légèrement furieux, c'est qu'on en soit encore là alors que cette polémique dure depuis le mois de janvier. Au bout de quatre mois, avec plus de 4 millions d'infections confirmées et des symptômes qui évoluent rapidement, on devrait avoir des tonnes de données à l'heure qu'il est. Mais non, on n'a toujours pas fait mieux que des études avec n<200 sur des catégories spécifiques de patients. La recherche bureaucratie médicale est un gigantesque Ramoloss.


Un nouvel article sympa : https://doi.org/10.1016/j.cell.2020.04.033 (le texte est en libre accès)
En implantant une grille d'électrodes sur le cortex visuel, on peut faire apparaître des phosphènes, avec une correspondance entre les emplacements sur le cortex et sur le champ visuel. Cela fonctionne même chez les aveugles (acquis, pas de naissance), donc ça pourrait être un moyen de leur rendre la vue. Le problème, c'est que si l'on stimule plusieurs points en même temps pour afficher des motifs, ça ne marche pas. Dans cette étude, ils se sont rendu compte que c'était un peu comme le sens du toucher : si je plaque un objet en forme de lettre sur ton dos, tu auras du mal à dire de quelle lettre il s'agit. Par contre, si je dessine la lettre avec mon doigt, tu pourras suivre le mouvement et reconnaître la lettre. Pour le cortex visuel, c'est pareil : en activant séquentiellement les électrodes, il est possible pour des aveugles de reconnaître des lettres de l'alphabet. Je suis impressionné par la vitesse du truc (un trentaine de symboles par secondes dans certains cas). Il y a pas mal de détails techniques intéressants dans le papier, je vous invite à regarder ça de plus près.

19 .

>>18
Dans la même édition du journal : https://www.bmj.com/content/bmj/369/bmj.m1849.full.pdf
Similaire en taille, mais portant sur des patients moins atteints. Encore une fois, pas d'amélioration constatée.

20 .

>>19
Seum pour Raoult.

21 .

Ça fait 15j que les scientifiques sérieux de twitter ont complètement lâché Raoult, un peu déçu qu'on en parle encore sur la verte sans s'en moquer.

22 .

>>15
C'est normal que ça ne fonctionne pas, remplacer le DNS d'un fournisseur d'accès internet français (celui qui tu utilisais) par le DNS d'un FAI français (FDN) ne changera rien. Les FAIs sont tenus par la loi de censurer leurs DNS et FDN a beau avoir toute la bonne volonté du monde, ils sont tenus de respecter la loi.
Tu peux essayer d'ajouter 1.1.1.1 (Cloudflare) et 8.8.8.8 (Google). C'est pas terrible pour la santé de l'internet mais c'est imbattable en termes de performances et, pour le moment, pas censuré. En plus de ça, la politique de vie privée pour le DNS de Cloudflare était tip top la dernière fois que je l'ai lue. Si tu tiens vraiment à une alternative éthique, tu peux regarder du côté de OpenNic.

23 .

>>22
Pas >>15 mais merci pour l'info.

24 .

>>22
Étrange, ça a fonctionné pour moi, pourtant.

25 .

>>24
Pareil, et c’est pas à cause d’un fichier hosts que j’aurais oublié :
>dig +short @ns0.fdn.fr sci-hub.tw 186.2.163.90
Sinon, un article des facteurs de risques de décès pour la covid-19 à partir des données du système de santé du Royaume-Uni : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020....

26 .

>>22
Comment ils font pour avoir l'adresse 1.1.1.1 ? Ils ont mis un serveur au centre de la Terre ?

27 .

Ce message a été effacé.

28 .

>>26
C'est une technique spéciale mise au point par TdM qui a infiltré Cloudflare en usant de son légendaire social-engineering pour mettre l'acrimonie en 404 quand Adelyne tente de le bannir (d'après TdM).

29 .

https://twitter.com/mugecevik/status/12573923...

30 .

Il n'aura pas fallu longtemps pour passer d'articles publiés à des preprints à des fils twitters.

31 .

>>30
Le fil twitter est blindé de papiers, Einstein.

32 .

Encore un pre-print, mais je le poste quand même parce qu'il fait écho à >>1 :
https://osf.io/preprints/socarxiv/7qgcr/

Les sujets sont exposés soit à un court texte qui présente l'importance des facteurs génétiques sur les orientations politiques, soit à un texte sans rapport pour le groupe témoin. Dans le groupe traité, le fait de reconnaître que les gènes influencent les opinions rend les sujets plus tolérants envers les autres groupes politiques avec lesquels ils ont en désaccord. L'effet est particulièrement marqué chez les gens les plus polarisées. Il apparaît aussi qu'environ une personne sur cinq n'est pas influencée par le texte scientifique, et persiste à croire que les gènes ne jouent aucun rôle.

33 .

Super merci >>32.
Je n'ai jamais cru que personne ne choisissait soi-même ses opinions, mais réduire ces déterminismes sociaux à la génétique ne fera que te faire passer pour l'idiot du village, tu peux citer autant de doi que tu veux, ça ne changera pas.

34 .

>>33
Retourne dans ton fil de contention, TdM.

35 .

>>34
ici c'est mon fil, rentre chez toi TdM ! Signé : BDK

36 .

>>35
Il l'a créé pour avoir sa safe space pour poster ses épiques liens sur l'héritabilité des opinions politiques >par les gènes<, ça ne s'invente pas. Bourdieu interdit en effet.

37 .

https://ideas.repec.org/p/iza/izadps/dp13223.html

38 .

>>37
Merci d'
Expliquer en quelques mots pourquoi l'article pourrait intéresser Ânon Le fil Ctrl-v est plus adapté pour les posts sans effort.

39 .

>>37
En résumé, les étudiants en sciences économiques au Chili ont une attitude plus conservatrice sur l'égalité des sexes comparés aux autres etudiants chiliens.

40 .

https://www.thelancet.com/journals/lancet/art...
En gros cette étude massive sur les patients covid19 traités à l'hydroxychloroquine montre que cette dernière ne soigne pas du covid19 mais qu'elle augmente la mortalité.

41 .

>>37
Pas mal, pas mal. Ils annoncent la couleur dès l'introduction :
Recent research has highlighted unequal treatment of women in academic economics, along several different dimensions (...) Male economists are less likely, relative to other fields, to exhibit a women preference in a hypothetical hiring scenario (Williams and Ceci, 2015) (...) Does the unequal treatment of women in economics arise because of a pervasive bias against women that is present in the discipline? Un biais contre les femmes, hein ? Williams and Ceci 2015, c'est la fameuse étude qui avait montré, en envoyant de fausses candidatures où seul le nom était changé, que les femmes avaient deux fois plus de chances d'être sélectionnées que les hommes pour une position permanente en recherche STEM : https://www.pnas.org/content/pnas/112/17/5360.full.pdf
Comme on peut le vérifier sur la première figure, les femmes sont favorisées par rapport aux hommes dans toutes les disciplines, quelque soit le genre de la personne qui évalue. La seule exception, c'est l'économie : en sciences éco seules les femmes évaluatrices ont un biais sexiste contre les hommes ; les évaluateurs masculins en économie n'ont pas de biais significatif. L'économie est donc la seule discipline où les femmes ne sont *pas* favorisées (et encore, seulement si le juge est un homme), et c'est ça qui semble poser un problème aux auteurs. Je pourrais faire les mêmes remarques sur la citation suivante à propos du "citation gap" mais bon, à ce stade on a déjà bien compris à qui on avait affaire.

42 .

>>41
à ce stade on a déjà bien compris à qui on avait affaire C'est exactement ce que je pensais en lisant ton pavé.

43 .

>>40
J'étais étonné qu'une entreprise puisse avoir accéder à un jeu de données aussi parfait. Et justement, Andrew Gelman a publié un post exprimant aussi de gros doutes sur cette étude : https://statmodeling.stat.columbia.edu/2020/0...

44 .

La chloroquine, les neurosciences et la génétique comportementale, c'est pour les losers. Moi je vous donne un article qui parle de BONNE GROSSE BASTON. Tu t'es déjà demandé pourquoi les hommes avaient une barbe ? Non ? C'est parce que tu n'es pas un vrai mec. Le vrai mec il se fait pousser une GROSSE BARBE et il s'en sert pour PARER DES COUPS DE POINGS. Alors je sais, tu vas dire « mais Ânon c'est profondément débile ce que tu dis ». Peut-être, mais tu ne peux pas être vraiment sûr avant d'avoir testé. Alors pendant que tu faisais de la physique des particules de pédé avec tes petits détecteurs sensibles, il y a une équipe de chercheurs COUILLUS qui a testé cette hypothèse EXPÉRIMENTALEMENT. Ça c'est de la GROSSE SCIENCE DE GROS DUR putain.

https://doi.org/10.1093/iob/obaa005 (inclut le texte complet)

45 .

>>44
Tu rajoutes un « de merde » et on dirait cette imposture de papacito.

46 .

>>44
À quelle discipline ça s'apparente ce genre de plaisanteries ? Ça n'a aucun sens.

47 .

>>46
Ingénierie des matériaux.

48 .

>>47
Biophysique évolutive.

49 .

Vous vous moquez, mais ça explique parfaitement pourquoi l'intégralité des boxeurs et rugbymen portent la barbe.
C'est connu : une patate dans une mâchoire glabre c'est un KO assuré, une patate sur un barbu ricoche et laisse l'assaillant désemparé en face d'un mâle alpha bouillant d'envie de revanche.
Alors BDK, pas trop MALOCUL d'être obligé de se muer en HIPSTER pour revendiquer son statut de CHEF DE MEUTE ?

50 .

>>47
>>48
Il a dit que ça n’avait aucun sens. C’est donc de la sociologie.

51 .

>>50
Nique ta mère j'ai absolument rien contre la sociologie, qui est d'ailleurs l'un des rares sports de combat que je n'ai jamais pratiqué.

52 .

>>49
Et pourquoi les sikhs portent la barbe ?

53 .

>>52
Parce que c’est la mode.
2010 + 10 continuer à porter la barbe parce que ça fait 10 ans que c’est à la mode. Il serait temps de grandir.

54 .

Une fois de plus, Micka, avec sa grosse barbe, nous met une tête sans même être là.

55 .

>>40
>>43
Allez on en remet une couche:
https://zenodo.org/record/3862789#.XtDgR2gzZhH
Une lettre ouverte de scientifiques et médecins divers, de deux pages, qui résument les reproches adressés à cette étude.

56 .

>>55
Donc un papier bidonné est contredit par un autre papier qui est lui aussi bidonné.
Cool. Bien l'état de la science.

57 .

>>56
État de la science et science de l'état comme dirait l'autre.

58 .

>>56
Vue positive : il reste des gens suffisamment intelligents et/ou travailleurs pour lire et critiquer des papiers.

59 .

Moi le seul sociologue en qui j'ai confiance c'est Didier Bourdieu.

60 .

>>58
C'est con que ça soit pas les personnes qui soient chargées de les reviewer 😩

61 .

Tu prends un peu de >>44 et un peu de >>25 tu mélanges, et tu obtiens ça :
https://doi.org/10.1016/j.jaad.2020.05.079
Les chauves ont plus de chances de choper le SARS-cov2 que les chevelus. Personne ne sait vraiment pourquoi. Toujours est-il que les auteurs ont dédié ce papier au premier médecin mort du virus, qui avait justement le crâne dégarni. Ils ont même mis sa photo en gros au début du manuscrit. C'est très émouvant.

62 .

>>61
Peut être qu'il y a un taux de comorbidités (carences, chimios) plus élevé chez les chauves que dans le reste de la population ?

63 .

>>61
Putain mais sérieux la recherche

64 .

>>62
Possible. Cependant l'association qu'ils ont observée concerne seulement l'alopécie liée aux androgènes (celle qui survient avec l'âge chez certains hommes), ça n'inclut donc pas les chimios. Une autre possibilité, c'est qu'il y ait une cause commune entre la calvitie et la sévérité du virus : la calvitie masculine est due à un métabolite de la testostérone (la DHT) qui joue un rôle important dans le dimorphisme sexuel humain, surtout à la puberté. Sachant que les hommes sont aussi plus affectés que les femmes par le virus, il est vraisemblable que ces mêmes androgènes jouent un rôle dans la sévérité du virus. En tous cas, si ça se confirme, ça pourrait bien devenir un moyen ultra-facile de détecter des personnes à risque. C'est un peu inespéré.

65 .

>>64
Sinon il y a un risque accru de façon purement mécanique parce que les cheveux représentent une grande surface de contact plus propice à isoler le virus par rapport à un contact au cuir chevelu qui favoriserait la transmission (si la personne touche sa tête) ?

66 .

>>65
Ceci. Ou alors le virus se transmet par les casquettes. Tu veux bien être co-auteur de mon preprint ?

67 .

En Italie, il y a des cités romaines complètement enfouies sous le sol. En utilisant un système de radars accroché à un chariot qui sillonne le champ, des archéologues ont reconstitué l'image d'une ville romaine souterraine tout entière. Ils expliquent ensuite comment ils identifient certains bâtiments (un théâtre, un temple, des termes...). Ils reconstituent aussi le réseau de tuyauterie de la ville, qui part de l'aqueduc, ce qui permet d'identifier une piscine, entre autres trucs stylés. Pour moi qui ne connaît strictement rien à l'archéologie, j'ai trouvé ça cool.

https://doi.org/10.15184/aqy.2020.82
Pdf : https://docdro.id/PB6HbkY

68 .

>>67
Bof, je pensais voir des temples raidés par Lara.

69 .

Un jeune et brillant philosophe utilise le réalisme modal pour définir un moyen d’avoir une partenaire romantique idéale dans un monde possible, tout en prenant en compte l’existence de personnes similaires à lui dans les mondes possibles, de sorte à obtenir une relation de un à un, ainsi qu’un moyen de communiquer et de rompre.

https://philpapers.org/archive/SINPG

70 .

J'aurais aimé que ça soit chié par une chaîne de markov mais non, c'est bien ce que dit le papier. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour une place au chaud à la fac.

71 .

>>69
N'oubliez jamais que ce sont ces gens-là qui vous traitent de STEMlord.

72 .

>>71
T’es juste jaloux de nos petites amies contrefactuelles.

73 .

>>69
Lmao c'était un indien évidemment.

74 .

les maths sont acceptées Oui, mais ce n'est pas facile de trouver des articles de maths qui ne soient pas terriblement opaques: soit on remonte suffisament loin dans le temps, et les notions abordées sont depuis devenues standard et sont enseignées au lycée, mais les textes sont manuscrits et/ou mal scannés et/ou tapés à la machine avec la typographi la plus illisible du monde et/ou écrit dans un style complètement inusité; soit on vise des trucs récents, et s'ils sont intéréssants c'est souvent parce qu'ils abordent des sujets très intriqués, et avec du vocabulaire ma foi fort obscur (même pour les professionnels).

Pour trouver des choses à partager avec vous, j'ai restreint mon choix à un certain type de recherche, celle qui mêle, de manière parfois innatendue, des mathématicien.ne.s de métier et des amateur.e.s, donc le résultat de ces recherches sont souvent exprimés en des termes très terre-à-terre, puisqu'en partie rédigé par des gens normaux.

Prochain post, un peu de géométrie, et le suivant, de la combinatoire, avec un caméo qui va vous étonner.

75 .

Caméo c’est le poussin avec une coquille d’œuf sur la tête et qui se plaint tout le temps.

76 .

https://arxiv.org/abs/1708.00274 (pdf accessible)
C'est un résultat récent (2017), et donc pas encore peer-reviewed. Ce n'est pas aussi grave pour les maths que pour le reste, j'expliquerai pourquoi.

Quels sont les polygones (strictement convexes) qui pavent le plan? Il y a les triangles, les quadrilatères, certains pentagones et certains hexagones. Pas tous les hexagones pavent le plan, seulement 3 types, comme prouvé par Karl Reinhart en 1918 dans sa thèse de doctorat (accrochez-vous, c'est en allemand : https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN316479497). Dans cette même thèse, il essaye de déterminer quels sont les pentagones qui pavent le plan, il trouve 5 familles et dit, tout à la fin de sa thèse et sans l'affirmer, qu'il n'y en a probablement pas d'autre.

50 ans plus tard (pendant lesquels il ne s'est pas rien passé non plus), Richard Kershner trouve 3 nouvelles familles de pentagones qui pavent le plan. Il annonce que la liste est complète, il y a 8 familles et c'est tout. Il ne donne pas la preuve car elle est trop longue, il souhaite la publier dans un article à part (à ma connaissance, il n'a pas publié cette preuve, mais je l'ai peut-être pas trouvée). Résultat, son article est très concis et contient de jolies figures : https://www.jhuapl.edu/Content/techdigest/pdf...

Avance rapide jusqu'à 1975, où les choses deviennent plus intéressantes. Martin Gardner, un mathématicien-journaliste qui tient une rubrique de puzzles et de jeux de maths, parle des pentagones qui pavent le plan et de la liste de Kershner. Richard James, informaticien (dans les années 70, ça veut dire qu'il fait surtout de la logique mathématique, et donc qu'il a une base solide sans être lui-même mathématicien), envoie une lettre à Gardner, pensant avoir trouvé un pentagone qui n'est pas dans la liste. Cette nouvelle se répand (Gardner en a peut-être parlé dans sa rubrique? Mes sources ne sont pas claires. Il ne me semble pas que James ait publié quoi que ce soit.): la liste de Kershner n'est pas complète. A-t-il manqué seulement l'exemple de James?

Marjorie Rice, qui n'a pas fait d'études après le lycée, s'intéresse à ce problème. Comme elle ne comprend pas le vocabulaire des mathématiciens, notamment des groupes de symmétries, elle développe un système de notation qu'elle juge plus clair pour comprendre tous les pavages pentagonaux. Pendant 2 ans, elle dessine des pavages, et finit par envoyer une lettre à Gardner pleine de dessins. Gardner fait suivre à Doris Schattschneider, qui après avoir déchiffré la notation très particulière de Rice, conclut qu'elle a découvert 4 nouveaux types de pavages. Elles échangent, affinent le résultat, et Schattschneider publie: https://www.maa.org/sites/default/files/pdf/u...

Schattschneider est prudente, et vient de recevoir une sacrée leçon d'humilité (elle publiera en 1981 un texte nommé "In praise of amateurs"), puisqu'une femme au foyer sans expertise a développé une méthode meilleure que celles des professionnels. Elle n'annonce donc pas que cette classification, contenant maintenant 13 types de pentagones, est complète. Et elle fait bien; car en 1985, Rolf Stein, thésard, découvre encore une nouvelle famille. Sa découverte est publiée par Schattschneider dans un très court texte : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/0...

À l'époque bien sûr ni arXiv ni aucune sorte de plateforme de prébublication n'existe, donc la seule solution pour un amateur ou un étudiant afin de faire publier ses résultats et de s'adresser à des mathématicien.ne.s déjà reconnus, et ces courts texte annonçant une future preuve ou un nouveau résultat sans détails et sans contextualisation sont les seules manières de s'assurer que personne ne va vous couper l'herbe sous le pied et publier avant vous.

En 2015, 30 ans plus tard donc, grâce à la formidable technologie de l'ordinateur, le trio Casey Mann, Jennifer McLoud-Mann et David von Derau découvre une quinzième possibilité. Leur méthode liste tous les pentagones pavant le plan et ayant certaines symmétries, mais pas tous les pentagones. Ils prébublient : https://arxiv.org/pdf/1708.00274.pdf puis publient : https://link.springer.com/article/10.1007/s10... (pas trouvé de pdf en libre accès, mais il me semble qu'il n'y a pas beaucoup de différence avec leur prébublication).

Ce qui nous ammène à l'article du début. Suite à la publication de Mann-McLoud-Mann-von-Derau, Michaël Rao adapte leur algorithme, et réalise une recherche exhaustive par ordinateur de toutes les possibilités de pavages pentagonaux. Il ne trouve aucune nouvelle possibilité, ce qui signifie que, si sa méthode est bel et bien exhaustive, la classification est terminée, presque 100 ans après qu'elle ait commencé.

Voilà pourquoi je vous conseille de lire sa prébublication : d'une part, le language et les notations qu'il emploie sont, il me semble, assez élémentaire, donc avec un peu d'éffort je pense que tout le monde peut comprendre ce qui se passe. D'autre part, certaines personnes ici semblent avoir des connaissances en programmation. Vérifier son algorithme est un point important pour vérifier sa preuve. Et enfin, la classification ayant été conjecturée complète en 1918, puis aggrandie et annoncée complète en 1958, puis aggrandie par des amateur.e.s, puis agrandie par des professionnels, puis annoncée complète en 2017, et bien, il se pourrait qu'il y ait encore des trous, et il se pourrait qu'un nouvel exemple provienne de n'importe qui, pourquoi pas toi Ânon.

En fait, je t'invite à te pencher sur le peer-reviewing de cet article, qui pourrait bien ne pas être la fin de l'histoire. Le peer-reviewing d'un article en science expérimentale, par exemple en médecine, passe d'abord par une vérification de la véracité des données, et potentiellement par une reproduction de l'expérience, ce n'est pas à la portée de n'importe qui (perso j'ai pas de laboratoire dans ma cuisine). Mais n'importe qui peut relire une preuve de maths et éventuellement trouver une erreur, donc allons-y, essayons.

Mon prochain post plus tard, j'ai un peu faim.

77 .

>>75
Non, je parle de l'inventeur du Kamoulox, Caméo Livier.

>>76
Et j'ai oublié de vous dire que si vous voulez juste voir les dessins, la page wikipédia les contient tous, avec des couleurs : https://en.wikipedia.org/wiki/Pentagonal_tiling

78 .

>>76
Dernier détail cocasse que j'ai oublié de mentionner : Schattschneider a écrit un article intitulé "One Corona is Enough for the Euclidean Plane". Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'elle y raconte, mais je suis d'accord, un corona est bien assez.

79 .

>>76
J'ai peut-être lu trop vite, mais j'ai cru comprendre que Reinhart n'utilisait que des translations et rotations, alors que Kershner et les autres utilisent aussi des réflexions. Reinhart ne s'était donc pas forcément trompé en disant qu'il n'y avait pas d'autre configurations que les cinq originales, il utilise simplement des règles plus strictes. Je suppose qu'on pourrait trouver d'autres tesselations en autorisant les agrandissements par exemple.

80 .

Bon, je vais faire plus court pour ce post : https://oeis.org/A180632/a180632.pdf
C'est un petit article, qui a plus pour vocation de compiler les meilleures bornes connues quant à la longueur de superpermutations. Parmi les auteurs, il y a "Anonymous 4chan poster". Oui.

Une superpermutation est un mot (une suite de caractères) contenant toutes les permutations possibles de n caractères. Par exemple, 123121321 est une superpermutation de 1,2,3 : elle contient 123, 132, 231, 213, 312, et 321. Le problème est de déterminer la taille optimale, la plus courte possible, des superpermutations pour n caractères. La plus vieille trace que je trouve de cette question date de 1993, mais c'est dans une conférence, et je n'ai pas trouvé de version numérique du compte-rendu, qui existe dans la bibliothèque de mon université qui est, je le crains, fermée pour cause de pandémie. Affaire à suivre.

Ce qui nous intéresse commence en 2011. Suzumiya Haruhi no Yuuutsu (l'anime) vient de sortir en Europe et aux US, la hype est présente. La première saison contient 14 épisodes, diffusés dans un ordre précis et non chronologique lors de la première diffusion au Japon, puis remis dans l'ordre pour le marché occidental et pour le DVD. Les fans s'engueulent pour savoir dans quel ordre il fat les regarder. Un petit malin décide de poster sur /sci/ pour demander combien d'épisode minimum il faudrait regarder pour les voirs dans tous les ordres possibles, donc une superpermutation minimale de 14 épisodes. S'ensuivent discussions et discussions, puis quelqu'un poste un argument prouvant qu'il faut, pour n épisodes, minimum n! + (n-1)! + (n-2)! + n-3. Le lien vers la discussion originale est dans l'article.

C'est en fait bien meilleur que ce que les mathématicien.ne.s savent. Mais comme personne sur /sci/ n'appelle ça une superpermutation, ils ne font pas le lien avec la recherche mathématique en cours sur le sujet, et personne de la communauté mathématique n'a pensé à fouiller les archives de 4chan. Du moins pas avant 2018.

Dans la communauté mathématique, Nathaniel Johnston publie en 2013 un article sur les superpermutations : http://www.njohnston.ca/publications/non-uniq...
Ce n'est pas un article révolutionnaire, mais il a le mérite de remettre les superpermutations au goût du jour. On rappelle qu'un post sur /sci/ de 2011 contient un résultat inconnu pour Johnston. En 2014, Robin Houston montre que certaines superpermutations sont plus courtes que l'on pensait possible :
https://arxiv.org/pdf/1408.5108.pdf (prépublication)
James Grimes décide de faire une vidéo YouTube à ce sujet sur la chaîne Numberphile en 2018. Il me semble, bien que je n'aie pas de certitude, que c'est ce qui a fait le lien entre les internautes et les matheux.ses. En octobre 2018, un post sur le blog de Johnston exhume la discussion 4chan, vieille à l'époque de 7 ans. En parallèle, Greg Egan, auteur de science-fiction, trouve tranquillou sur son site une borne sup pour la taille d'une superpermutation minimale. Donc, à ce jour, la meilleure borne inf connue provient de 4chan, et la meilleure borne sup connue provient d'un auteur de sci-fi. 3 mathématiciens, Robin Houston, Jay Pantone, et Vince Vatter, rassemblent ces résultats et les publient dans l'article que j'ai listé au début.

Matt Parker, mathématicien et vidéaste, décide d'interviewer Houston : https://www.youtube.com/watch?v=OZzIvl1tbPo
Charlie Vane (pas un mathénaticien) voit cette vidéo, code un programme pour chercher des superpermutations, et trouve une superpermutation de 7 caractères plus courte que toutes celles connues. Il publie son résultat dans un commentaire YouTube sous la vidéo de Matt Parker. La section commentaire de cette vidéo est assez drôle. J'apprécie tout particulièrement le commentaire de Houston, qui à la question "a koi sa serre mdr" a répondu "Finding the most efficient way to watch Haruhi isn't practical enough for you?"

En discutant avec Vane, Houston et Egan (qui a d'ailleurs écrit un livre dont le titre est "Permutation City", cocasse) améliorent légérement le résultat (plus court de 1 caractère). Ils décident de le publier lors d'une soirée organisée par Matt Parker, où la superpermutation est écrite en terme de notes de musique et jouée sur un piano : https://www.youtube.com/watch?v=_tpNuulTeSQ

Aujourd'hui un effort de groupe a lieu pour continuer à améliorer ces résultats : https://groups.google.com/forum/#!forum/super...

Y a des tas de bois secs qui traînait sur /sci/ en 2011 ? J'étais déjà sur 4chan (et UF, et bientôt acri), mais pas sur /sci/. En tout cas, en tant qu'ânon, on est tous un peu auteur d'un papier. Fun fact : le nombre d'Erdös d'Ânon est 4.

81 .

>>79
Le type 2 (présenté par Reinhart) ne pave le plan qu'en autorisant les réflexions.
Reinhart n'a considéré que le cas où les pentagones sont edge-to-edge, mais même dans ce cas restreint la liste est incomplète, puisque les pentagones de Kreshner sont edge-to-edge. Le type 9 (par Rice) est aussi edge-to-edge.
Les aggrandissements ne sont pas considérés en effet, ni les pentagones non-convexes. Mais si tu autorises les agrandissements arbitraires, tu peux paver le plan avec ce que tu veux, même avec des cercles : inscrit un cercle dans un carré, puis 4 cercles plus petits dans les coins, puis 8 cercles encore plus petits, etc.

De toute façon Reinhart a dit qu'il est "probable" qu'il n'existe pas d'autre possibilité, mais ne l'a pas affirmé.

82 .

>>79
La page wikipédia française disait de la merde à ce sujet ("le problème ne considère que les solutions pour lesquelles c'est toujours la même face des tuiles qui sont placées en l'air"). C'est complètement faux, j'ai effacé ça.

83 .

>>80
J'avoue que je passais plus de temps dans les fils « troll science » qui étaient populaires sur /sci/ à l'époque, je n'ai aucun souvenir du fil en question. Aussi, j'ai un nombre d'Erdos-Bacon de 6, obtenez sur mon niveau.

>>82
Merci.

84 .

Puisque la question du déterminisme est brûlante sur la verte et que Spinoza est interdit de séjour ici et que la mécanique quantique et la physique sert parfois à certains pour défendre une position anti-déterministe, je me suis un peu intéressé sur l'interprétation philosophique de la mécanique quantique à ce sujet, en partant du paradoxe EPR.

https://en.wikipedia.org/wiki/EPR_paradox
https://en.wikipedia.org/wiki/Bell%27s_theorem
Einstein, Podolsky and Rosen presented a scenario that, in their view, indicated that quantum particles, like electrons and photons, must carry physical properties or attributes not included in quantum theory, and the uncertainties in quantum theory's predictions are due to ignorance of these properties, later termed "hidden variables". Their scenario involves a pair of widely separated physical objects, prepared in such a way that the quantum state of the pair is entangled. the "EPR criterion of reality", positing that, "If, without in any way disturbing a system, we can predict with certainty (i.e., with probability equal to unity) the value of a physical quantity, then there exists an element of reality corresponding to that quantity". The authors claim that given a specific experiment, in which the outcome of a measurement is known before the measurement takes place, there must exist something in the real world, an "element of reality", that determines the measurement outcome. They postulate that these elements of reality are, in modern terminology, local, in the sense that each belongs to a certain point in spacetime. Each element may, again in modern terminology, only be influenced by events which are located in the backward light cone of its point in spacetime (i.e., the past). These claims are founded on assumptions about nature that constitute what is now known as local realism. Any physical theory that aims at superseding or replacing quantum theory should account for such experiments and therefore must also be nonlocal in this sense; quantum nonlocality is a property of the universe that is independent of our description of nature. However, quantum mechanics permits an even stronger violation of local theories: a possibilistic one, in which local theories cannot even agree with quantum mechanics on which events are possible or impossible in an entangled scenario.
https://ui.adsabs.harvard.edu/abs/2007arXiv0712.0921G
For Einstein, the crucial part of the argument was the demonstration of nonlocality, that the choice of measurement done in particle A, either position or momentum, would lead to two different quantum states of particle B. He argued that, because of locality, the real state of particle B couldn't depend on which kind of measurement was done in A, and therefore the quantum states cannot be in one-to-one correspondence with the real states. The present view of the situation is that quantum mechanics flatly contradicts Einstein's philosophical postulate that any acceptable physical theory must fulfill "local realism". The fact that quantum mechanics violates Bell inequalities indicates that any hidden-variable theory underlying quantum mechanics must be non-local; whether this should be taken to imply that quantum mechanics itself is non-local is a matter of debate. EPR describe the principle of locality as asserting that physical processes occurring at one place should have no immediate effect on the elements of reality at another location.
Après avoir lu tout ça, j'ai finalement eu l'impression que le coeur du débat était fondamentalement ce que l'on mettait dans l'idée de réalisme scientifique. Historiquement, on a préféré sauver le principe de localité que le principe de déterminisme (pas la vision d'Einstein, lequel se revendiquait explicitement de la pensée de Spinoza et affirmait que "Dieu ne joue pas aux dés" précisément dans ce contexte) mais il me semble qu'on peut développer une interprétation cohérente de la mécanique quantique si l'on place le réalisme scientifique du point de vue du déterminisme causal.
La réponse à la question du principe de localité est donc à trouver ailleurs. Les théories qui cherchent à expliquer ces solutions à l'aide de variables cachées semblent échouer expérimentalement, il reste néanmoins la possibilité que puisqu'à l'origine l'univers étant contenu dans la même singularité, les lois de conservations du mouvement, de l'énergie et de l'information ne cessant pas de s'impliquer, l'ensemble de la matière de l'univers soit intriquée, ce qui expliquerait les phénomènes d'impossibilité de transmission d'information plus rapidement que la lumière et le principe d'incertitude d'Heisenberg, puisque la matière de toute particule observable serait intriquée avec celle du capteur lui-même, rendant toute mesure incertaine dans une certaine mesure.
https://scihub.wikicn.top/10.1016/j.physletb....


TL;DR : il est pas moins raisonnable d'utiliser l'état actuel de la recherche en mécanique quantique pour affirmer un déterminisme qu'un indéterminisme fondamental.

85 .

>>84
Je trouve la vision déterministe plus satisfaisante (et le paradigme EPR donne un sens beaucoup plus tangible à la physique quantique), mais il est certain qu'on ne sera jamais capable de comprendre les mécanismes au plus bas niveau de l'univers, déterministes ou non, et donc que la question de savoir s'ils le sont est métaphysique au sens propre.

Ce que les spinautistes ne comprennent souvent pas, c'est que, quand bien même l'univers serait régi par un déterminisme physique et la société par des déterminismes durs en découlant, les notions de responsabilité et de mérite n'en sont pas moins utiles pour que, dans le cadre de ces déterminismes, les gens se comportent vertueusement. Il est impossible de faire comprendre et accepter le déterminisme spinoziste et ses très intéressantes implications en matière d'éthique à tout le monde, et donc ces abstractions plus simples à manipuler mentalement s'imposent. Sauf dans un état totalitaire où les philosophes sont rois.

86 .

Ce que les spinautistes ne comprennent souvent pas, c'est que, quand bien même l'univers serait régi par un déterminisme physique et la société par des déterminismes durs en découlant, les notions de responsabilité et de mérite n'en sont pas moins utiles pour que, dans le cadre de ces déterminismes, les gens se comportent vertueusement C'est pas du tout le scope du post, seulement de dire qu'il est déraisonnable d'invoquer un libre-arbitre quantique. Quant au spinozisme politique, je crains que ça ne soit pas le bon sujet pour en discuter.

87 .

>>85
Hm, oui ? Le mérite et la responsabilité font système, et donc, font partie des déterminismes qui vont influencer nos décisions. Mais il faut les voir pour ce qu'ils sont : des constructions sociales. La notion de mérite, je trouve, est particulièrement problématique, car elle condamne les individus à endurer seuls les conséquences d'échecs qui sont pourtant collectifs. Et à l'inverse, certains profitent alors que leur réussite est extérieure à leurs actions.

Mais oui, comme dit >>86 ici on fait des sciences DURES, et le paradoxe EPR et compagnie c'est un questionnement scientifique afin de savoir si le déterminisme constaté à grande échelle est fondamental ou seulement statistique.

88 .

>>87
La notion de mérite, je trouve, est particulièrement problématique, car elle condamne les individus à endurer seuls les conséquences d'échecs qui sont pourtant collectifs. Et à l'inverse, certains profitent alors que leur réussite est extérieure à leurs actions. Exactement ceci. Pire encore, les mêmes qui se gavent sous prétexte de "mérite" sont les premiers à collectiviser leurs pertes.

89 .

>>84
Ce que tu dis fait un peu penser au superdéterminisme, une faille possible des expériences qui vérifient les inégalités de Bell. Dans leurs premières versions, ces expériences avaient toujours des failles qui empêchaient d'exclure à coup sûr le réalisme local. Depuis, la plupart des failles ont été vérifiées, indépendamment puis toutes ensemble. Mais il en reste une qui est un peu le boss final de ces failles : le superdéterminisme. L'idée, c'est qu'à chaque mesure les deux expérimentateurs doivent choisir un angle de mesure (par exemple l'angle des polariseurs pour des photons intriqués) de façon indépendante de la particule. Mais si l'univers est pré-déterminé de façon à ce que les choix expérimentaux soient toujours ceux qui aboutissent à une violation des inégalités de Bell, le réalisme local peut survivre. En d'autres termes, c'est un peu comme si l'information cachée n'était pas dans les particules observées, mais dans la chaîne d'évènements qui a conduit aux choix des angles des détecteurs. Ce n'est pas peu dire : il y a par exemple cette expérience où les inégalités de Bell sont invalidées en utilisant des photons polarisés venant d'un quasar à plus de 7 GAL.
https://journals.aps.org/prl/abstract/10.1103...
Si on garde le réalisme local, cela veut dire que les choix des angles des polariseurs dans cette expérience étaient déjà déterminés au moment de l'émission des photons, il y a 7 milliards d'années. Ça implique qu'une bonne partie de l'univers était aussi pré-déterminée par la même occasion.
Encore plus fort, il y a quelques années il y a eu un projet crowd-sourcé où des milliers de personnes pouvaient choisir elles-même les angles de mesure, en n'écoutant que leur "libre-arbitre".
https://www.nature.com/articles/s41586-018-0085-3
À ce stade, on peut presque dire que le réalisme local est équivalent à l'absence du moindre libre-arbitre pour les humains. Le problème, c'est que le superdéterminisme n'est pas réfutable (autant que je sache), donc on aura du mal à l'écarter complètement. L'autre solution, bien sûr, c'est de jeter le réalisme local à la poubelle, ce qui est extrêmement embêtant pour la relativité générale.

90 .

>>89
On peut tout à fait supposer raisonnablement que l'information cachée est là dans la simple existence physique du système, dans les relations de mouvement entre les particules qui elles-mêmes sortent de la même singularité à la base.
C'est assez intéressant et même satisfaisant je trouve comme point de vue, on retrouve ce genre de choses dans certains textes hindous, bouddhistes ou spinozistes, https://en.wikipedia.org/wiki/Indra%27s_net
Far away in the heavenly abode of the great god Indra, there is a wonderful net which has been hung by some cunning artificer in such a manner that it stretches out infinitely in all directions. In accordance with the extravagant tastes of deities, the artificer has hung a single glittering jewel in each "eye" of the net, and since the net itself is infinite in dimension, the jewels are infinite in number. There hang the jewels, glittering "like" stars in the first magnitude, a wonderful sight to behold. If we now arbitrarily select one of these jewels for inspection and look closely at it, we will discover that in its polished surface there are reflected all the other jewels in the net, infinite in number. Not only that, but each of the jewels reflected in this one jewel is also reflecting all the other jewels, so that there is an infinite reflecting process occurring.

91 .

Allez, on reprend un peu de débat quant au déterminisme : http://www.ams.org/notices/200902/rtx09020022...

F John Conway

92 .

Comme vous le savez sans doute, la majorité des médecins et des chercheurs en sciences médicales sont des hommes (surtout si l'on regarde les plus vieilles générations). On peut donc se demander si ce déséquilibre ne risque pas de biaiser la recherche en faveur des maladies qui affectent plus souvent les hommes, en laissant de côté les maladies qui touchent davantage les femmes (les médias ont pas mal parlé de l'endométriose récemment, par exemple).
Une revue bibliométrique a cherché à savoir si c'est le cas ou non (https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/1... - pdf: https://docdro.id/1xKLuCv). L'auteur passe d'abord en revue toutes les maladies qui affectent les femmes de façon prédominante, puis cherche le nombre d'articles scientifiques qui contiennent les termes « men's health » et « women's health ». Résultat : les articles qui s'intéressent à la santé des hommes sont 5 fois plus nombreux que ceux qui parlent de la santé des femmes. Il note ensuite, tableau à l'appui, qu'il y a beaucoup plus de journaux spécialisés pour les maladies qui affectent les hommes que pour celles qui affectent les femmes, et qu'aux États-Unis il y a un certain nombre d'organismes dédiés à la santé des hommes, mais pas des femmes. La méthodologie n'a rien de spectaculaire (c'est avant tout une revue), mais elle vient corroborer divers résultats antérieurs : que la recherche reçoit beaucoup, beaucoup plus de financement pour les hommes que pour les femmes (https://orwh.od.nih.gov/sites/orwh/files/docs... p56-62), que les femmes sont inclues beaucoup moins souvent que les hommes dans les études cliniques (https://docdro.id/Bx75lok), que la prise en charge médicale des femmes s'apparente souvent à du blâme de victime (https://www.bmj.com/content/312/7037/1040.2.full), etc. Je me demande pourquoi les activistes pour l'égalité des sexes n'en parlent pas plus souvent.

93 .

>>92
Au contraire, c’est un sujet récurrent dans les milieux féministes. Un exemple fréquemment cité est la sous-détection des crises cardiaques chez les femmes, qui tendent à se manifester avec un tableau clinique différent.

94 .

>>92
Je me souviens d'un article qui explicait que les femmes sont souvent exclues d'essai cliniques parce qu'ayant leurs règles, elles introduisent trop de variabilité dans les mesures de symptômes. Et d'une méta-analyse qui établissait que la mesure de douleur de 1 à 10 ("vous avez mal à combien ?"), les réponses des femmes étaient significativement sous estimées : un homme qui dit 8, c'est que ça doit être une douleur terrible, une femme qui dit 8, elle exagère, et puis les femmes c'est trop fragile mdr.

Donc oui, comme dit >>93 la question du biais sexiste dans la recherche médicale est connue et débattue. Elle ne l'est pas à grande échelle dans les médias, peut-être parce que la recherche médicale est complexe et que dire qu'on traite moins bien certaines pathologies chez les femmes que chez les hommes sera exposé à des contre-arguments biologiques. Ce pourrait être la faute de la maladie plutôt que la faute de la recherche.

95 .

>>94
Et d'une méta-analyse qui établissait que la mesure de douleur de 1 à 10 ("vous avez mal à combien ?"), les réponses des femmes étaient significativement sous estimées Je n'ai pas trouvé cette méta-analyse en cherchant sur Pubmed. Pourrais-tu retrouver le lien ? Je me demande comment les expérimentateurs déterminent la « vraie » intensité de la douleur telle qu'elle est vraiment ressentie. On n'est pas loin du problème difficile de la conscience.

96 .

>>95
Je ne la retrouve pas non plus. C'était il y a quelques années, donc je peux me tromper quant à son contenu.

97 .

>>94
Il y a aussi un biais culturel qui fait qu'on a tendance à prendre plus spontanément la défense des hommes que des femmes. Quand quelqu'un mentionne une discrimination contre les femmes, il y a une forte résistance de la part du public qui va tout de suite demander des preuves détaillées et chercher à nier l'existence du sexisme par tous les moyens possibles. Alors que quand on parle de discrimination contre les hommes, les gens l'acceptent immédiatement, sans même vérifier les sources. C'est ensuite amplifié par le biais de confirmation, et à la longue, les gens finissent par penser que les hommes sont désavantagés malgré les innombrables preuves du contraire.

98 .

>>97
Ceci.

99 .

>>97
J'aimerais bien une référence, si c'est possible. J'ai l'impression que l'inverse pourrait être dit avec exactement autant de crédibilité, et la question des inégalités de salaire est un exemple parmi moult de ça.

100 .

>>99
J'ai l'impression que l'inverse pourrait être dit avec exactement autant de crédibilité Non seulement c’est exactement l’inverse, mais en plus je soupçonne ce petit filou de >>97 de l’avoir fait exprès.
Comme une expérience sociologique...

101 .

>>100
C'est drôle parce que vu que tu as deux possibilités équiprobables (subjectivement), tu pars automatiquement sur l'idée que les hommes sont les moins biens traités. Like clockwork, comme on dit.

102 .

>>101
En même temps c'est pas comme si le fils de pute qui postait pour essayer de "debunker le féminisme" allait disparaître sans laisser de traces si on évitait le sujet.

103 .

>>102
Non mais centriste-kun aimerait que la gauche arrête d'engueuler nos fachos locaux, après tout même si je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, je me battrai à la mort pour votre droit de le dire, tips voltaire et fedora.

104 .

>>103
Ah, la technique ancestrale du contradicteur-monolithique-no-jutsu, toujours un plaisir de la voir utilisée. Son pouvoir argumentatif est quasi nul, mais elle déclenche un effet de terrain sur 2 à 5 tours qui divise par deux la puissance des arguments de type nuancé, inhabituel, et original, et multiplie par deux la puissance d’hyperpolarisation-no-jutsu.

105 .

>>104
ouin ouin arrêté lé zinsulte c vrémen pa genti lé antifachistes désservent leur coze a blo bloo Je ne m'en remettrai pas non.

106 .

>>105
Je vois ça, car tu apportes ton obsession et ta rage dans littéralement tous les fils. Tu es un troll.

107 .

>>104
Riz.

108 .

>>106
t un troll De mon temps, ça voulait dire quelque chose. Maintenant c'est "arrête de dire des trucs avec lesquels je suis pas d'accord ouin ouin a bloo bloo"

109 .

>>108
Troll a toujours voulu dire "personne provocante qui cherche à polariser le débat". Si tu ne considères pas les insultes comme une provocation, je pense que ta socialisation s'est mal passée.

110 .

Mais putain y a encore des gens en train de chouiner que des terroristes en puissance se font insulter ?
La cohabitation avec des types qui veulent exterminer ma famille/mes amis n'est pas possible. Oui je vais vous insulter.
Marchandez avec ça, grandissez, ou arrêtez de raconter vos conneries c'est tout.
Les chouineurs se feront traiter d'alliés des nazis comme de bon aloi, fin du débat.

111 .

>>110
Mais putain, y'a encore des gens en train de chouiner qu'on reproche à des utilisateurs d'utiliser des insultes ?
La cohabitation avec des types qui veulent pourrir ma planche n'est pas possible. Oui, je vais vous reprocher d'avoir utilisé des insultes.
Marchandez avec ça, et grandissez, ou arrêtez d'utiliser des insultes c'est tout.
Les chouineurs se feront traiter de trolls comme de bon aloi, fin du débat.

Tu as le droit d'insulter les fachos. J'ai le droit de te reprocher d'utiliser des insultes. Quand Adelyne voudra changer les règles je pense qu'elle nous le fera savoir.

112 .

>>109
Non, Troll ça veut dire quelqu'un qui fait semblant d'avoir des opinions particulièrement stupides pour envenimer la discussion. Aucun rapport avec ce que je fais, je poste des arguments auxquels je crois sérieusement, dommage pour toi, petit tas de bois verdâtre.

113 .

>>101
Bien tenté mais figure toi qu’on a déjà eu la même discussion ici même, sur mdt il y a quelques temps.
Je vous raconte de mémoire. Un ânon avait copié collé une sorte d’étude qui disait qu’en gros s’il fallait choisir entre sauver un homme et sauver une femme, les gens choisissent très majoritairement de sauver l’homme. Bien sûr les féministes de tout poil s’étaient empressés de valider etc... Sauf qu’après ledit ânon avait mis le lien vers la vraie étude et c’était bien sûr le contraire. Il l’avait fait exprès pour voir comment les gens réagissent. Voilà pourquoi j’ai dit ça, parce que ça ressemble étrangement à cette situation. Si quelqu’un veut bien retrouver le fil... je suis preneur.

114 .

>>100
Dans le mille.

>>99
J'aimerais bien une référence, si c'est possible. J'ai l'impression que l'inverse pourrait être dit avec exactement autant de crédibilité, et la question des inégalités de salaire est un exemple parmi moult de ça. Il y a effectivement eu quelques études sur ce sujet, faisant suite à la « crise de réplication » en sciences sociales, et les résultats ne sont pas brillants.
– Les études qui rapportent une discrimination contre les femmes (ici dans la contexte des cursus scientifiques) reçoivent bien plus de citations que celles qui rapportent une discrimination contre les hommes, en dépit du fait que ces dernières sont plus nombreuses, ont des échantillons plus grands et plus représentatifs.
https://oadoi.org/10.1080/1047840X.2020.1722600
– Des chercheurs ont présenté des études scientifiques fictives à un large échantillon de personnes, en leur demandant d'évaluer la rigueur de la méthodologie. Tous les sujets ont reçu la même méthodologie, mais pour la moitié la conclusion était que les femmes sont « biologiquement supérieures » pour un trait donné, pour l'autre moitié le contraire. Résultat : les gens (quelque soit leur orientation politique) estiment que la méthodologie est plus rigoureuse quand la conclusion est que les femmes sont supérieures. J'ai bien dit « biologiquement supérieures ». Comme quoi, les gens ne rechignent pas à accepter la notion de "supériorité biologique" d'un groupe sur un autre, à condition que le groupe supérieur soit les femmes. Détail surprenant : ce biais est beaucoup plus prononcé chez les femmes et les personnes s'identifiant comme de gauche.
https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstr...
Répliqué ici : https://psyarxiv.com/nhvsr/
– Lors de la "crise de la réplication", certaines études qui trouvaient des discriminations contre les femmes ont échoué au test de réplication. Malgré cela, de nombreux papiers continuent à les citer encore et encore, en ignorant totalement l'échec de réplication. C'est discuté ici, sjmsb : https://oadoi.org/10.1016/j.jesp.2015.10.003 (j'avais vu d'autres sources plus informelles, je pourrais les retrouver si besoin).
Bref, en général et comme on pouvait s'y attendre étant donné que notre culture nous montre toujours les femmes comme des victimes (passives) et les hommes comme des coupables (actifs), le biais de confirmation nous fait ignorer les cas où les hommes sont désavantagés.

Comment cela se manifeste-t-il sur Acrimonie ? Pour faire l'expérience, j'ai écrit le post >>92 où j'ai volontairement inversé les conclusions des articles. Si l'on prend la peine de cliquer sur les liens et lire ne serait-ce que le titre, on se rend compte qu'en réalité :
– C'est la santé des femmes qui reçoit beaucoup plus d'attention que celle des hommes dans la littérature scientifique.
– Il y a plus d'institutions (aux US) dédiées à la santé des femmes qu'à celle des hommes.
– Les femmes sont inclues *beaucoup* plus souvent dans des essais cliniques que les hommes. Cela est visible non seulement dans l'article que j'ai cité, mais aussi dans le rapport plus récent du NIH cité dans le même post. Ce qui complique les choses, c'est que dans les années 60, un médicament tératogène (la thalidomide) a causé énormément de dégâts. Du coup, en 1977 la FDA a recommandé de ne pas inclure de femmes en âge de procréer dans les essais cliniques de phase 1 au cas où elles deviennent enceintes pendant l'essai, pour éviter que cette tragédie ne se reproduise. Les femmes étaient ensuite inclues normalement dans les essais de phase 2-3-4.
https://www.theatlantic.com/past/docs/issues/...
https://www.fda.gov/science-research/womens-h...
La recommandation de la FDA n'a plus cours depuis plus de 25 ans, mais l'idée fausse que les femmes sont exclues des essais cliniques par négligence continue de circuler sur les réseaux sociaux, sans que personne ne prenne la peine de vérifier.
– Le budget alloué à la recherche par les NIH est beaucoup plus élevé pour les femmes que pour les hommes. C'est le cas pour quasiment toutes les affections, y compris le suicide (oui, le suicide des femmes reçoit 3 à 10 fois plus de financement, tant pis si les hommes se suicident 5 à 10 fois plus souvent !)

Conclusion : vérifiez vos sources. Toujours. Y compris (surtout) quand l'info vient de féministes.

>>93
Tu parles de ça ?
https://quillette.com/2019/06/12/the-real-gen...
2dansavant >quillette
>>93 >>94 >>98
J'espère que cette expérience vous aidera à remettre en question vos biais.
Dernier truc, si vos sources d'informations habituelles ne vous ont jamais parlé d'aucun de ces problèmes, il faut vous demander pourquoi. Si le but du féminisme est l'égalité homme-femme, alors peut-être que ton subreddit féministe préféré n'est pas si féministe que ça.

115 .

>>114
2dansavant >quillette quillette

116 .

>>115
Aussi :
Si le but du féminisme est l'égalité homme-femme, alors peut-être que ton subreddit féministe préféré n'est pas si féministe que ça. Vraiment une take de jvchien.

117 .

>>116
Je vais développer avant que tu fondes en larmes pour me traiter de trole, le but du féminisme n'est pas "l'égalité" non, c'est de dissoudre les catégories mêmes du patriarcat. T'es encore une fois complètement dans les choux, tu cites quillette non-ironiquement, tu as une compréhension de féminisme d'un collégien.

118 .

Évidemment le guignol en chef s’effondre en insultes et en triple postage. Mais passons.

>>114
La vache, l’article de quillettes et naze. J’ai pris une affirmation au hasard, et j’ai fact-checké :

A summary of a number of large trials that included the clinical presentation of heart attacks by sex demonstrates that 28 percent of men and 37 percent of women presented without chest pain. A difference to be sure, but not enough to recommend a different and more aggressive screening strategy for women when the underlying disease being screened for appears to be more indolent in women. Curiously, the same crowd that finger wags about overtesting and overdiagnosis is silent here. The hallmark of this genre of research seems to be that the message matters more than the evidence.
L’article en question est https://jamanetwork.com/journals/jamainternal... et ne concorde pas du tout avec le résumé que l’auteur en fait. Et même sans le lire, on peut voir un très étrange raisonnement à l’œuvre : il y a bien une différence démontrée, mais c’est pas assez pour changer la pratique clinique (pourquoi ? parce que), ensuite il y a une foule mystérieuse qui apparaît et pense de manière monolithique (les personnes ayant des notions de psychologie sociale reconnaîtront là le cœur du mécanisme de polarisation inter-groupes, les groupes en question étant là bien évidemment fictifs et utilisés comme instrument rhétorique), et finalement un énoncé très vague sur la qualité de la recherche — qui il y a de cela seulement quelques phrases démontrait un résultat — sans parler de ce qui la rend de mauvaise qualité, mais en suggérant fortement une corruption généralisée des gens auxquels s’attaque l’auteur (même mécanisme psycho-social à l’œuvre, même utilisation rhétorique).

T’as fait des efforts pour ne pas laisser poindre ton anti-féminisme directement dans ton commentaire cette fois — et t’as de la chance que j’ai pas spécialement envie aujourd’hui d’autismer à fond les ballons sur tous les articles postés et de faire une revue de question pour vérifier s’il n’y aurait pas un biais de sélection —, mais là t’as merdé.

119 .

Astuce pour les génies locaux :
* Si vous voulez sourcer vos opinions sur le racisme antiblanc, allez sur stormfront
* Si vous voulez sourcer vos opinions sur le féminisme misandre, allez sur quillette
* Si vous voulez sourcer vos opinions sur le libéralisme et le danger du socialisme, allez chez Prager U ou la Heritage Foundation
* Si vous voulez sourcer vos opinions sur le climatoscepticisme, allez sur facebook

120 .

J’ai vite fait parcouru l’article maquillé par >>114 (d’ailleurs le lien docdroid est 404), et si j’ai pas spécialement envie de creuser là maintenant, j’ai de sérieux doutes sur la qualité du raisonnement. La justification du choix des mot-clés (comparer le nombre d’articles avec "women’s health" et "men’s health") est inexistante alors qu’il y aurait beaucoup à dire. D’autant plus que l’auteur fait référence aux théories féministes, comme pour les réfuter sans en avoir l’air, alors que les thèses féministes sur le sujet sont que la santé des hommes est considérée comme la santé en général, tandis que celle des femmes est considérée comme un champ spécialisé ; ce qui pour le coup serait corroboré par sa comparaison (je pense pas que c’est une bonne preuve, mais j’apprécie l’ironie causée par son ignorance et son agenda politique). Ensuite la mention des données épidémiologiques semble toucher à l’oubli de la fréquence de base — https://fr.wikipedia.org/wiki/Oubli_de_la_fr%... — et à l’ignorance (encore !) des thèses féministes selon lesquelles c’est l’intériorisation d’une masculinité toxique (pour le dire vite) qui pousse aux comportements à risque plus fréquents et à une attention à la santé moins grande.

121 .

On peut arrêter de spus-entendre que la masculinité est essentiellement un problème en utilisant le terme masculinité toxique pour parler des préjugés misandres ?

Soit ça, soit on m'autorise à parler de la féminité toxique qui en est le pendant.

122 .

>>121
*Inspire* Nique ta mère.

123 .

>>105
Putain mais tout ce sel

>>110
des terroristes en puissance types qui veulent exterminer ma famille/mes amis Quelle proportion de la population française tu mets dans ces catégories ?
Il arrive très souvent que complètement le mauvais ânon se fasse insulter pour une opinion qu'il n'a pas par l'enfant peu glorieux de profilânon et insultânon pour voir que c'est n'importe quoi.

124 .

>>105
Putain mais tout ce sel

>>110
des terroristes en puissance types qui veulent exterminer ma famille/mes amis Quelle proportion de la population française tu mets dans ces catégories ?
Il arrive très souvent que complètement le mauvais ânon se fasse insulter pour une opinion qu'il n'a pas par l'enfant peu glorieux de profilânon et insultânon pour voir que c'est n'importe quoi.

125 .

>>121
Quelle mauvaise foi. C’est "masculinité toxique" comme dans "eau non-potable" ou "fleur rose" ou "temps sec", l’adjectif désigne un sous-ensemble ou sous-type du nom, pas une caractéristique essentielle.

126 .

>>125
Ok, donc sans mauvaise foi aucune, tu me permettras de dire que l'attitude passive et attentiste de beaucoup de femmes vis-à-vis les hommes et la société en général est de la féminité toxique.

127 .

>>126
En prenant une interprétation charitable de ce que tu dis, oui, et ce sont des choses dont les féministes ont parlé, comme Dworkin dans "The Root Cause". Et donc ? Tu nous ferais pas une sorte de tu quoque là par hasard ?

128 .

>>127
Lien vers le texte en question http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/OurBl...

129 .

>>127
>>128
Je trouve personnellement aussi malvenu de parler de féminité ou de masculinité toxiques, et je préfèrerais parler de stéréotypes de genre intériorisés, mais si pour toi c'est équivalent pas de souci, et merci pour la ref, même si je trouve ce texte un peu délirant et à côté des vrais soucis.

130 .

>>129
La masculinité toxique est pour la moi la version pop du concept de masculinité hégémonique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Masculinit%C3%A...

131 .

Imagine dire "masculinité toxique" au lieu de "patriarcat" pour finir par lire "la féminité toxique". C'est le racisme antiblanc des mascus ?

132 .

>>131
Ça sert à rien de sager si tu ramènes des sujets de merde pour faire polémique.

133 .

>>132
Non, c'est absolument ce que je pense, marchande avec ça.

134 .

>>131
Rejeter la faute sur les hommes, les essentialiser comme méchants et bénéficiaires du sexisme, c'est la meilleure manière de décrédibiliser tout propos féministe (je préfèrerais le terme antisexiste d'ailleurs, de la même manière que l'antiracisme n'est pas le minoritisme). Le sexisme, c'est un ensemble de représentations qui flottent dans la tête de tout le monde. Une société sexiste a des conséquences négatives pour tout le monde, plus ou moins directement. On ne combat pas le sexisme en bricolant un autre sexisme.

Au passage, le racisme, par définition, c'est le fait de croire en l'existence de races dans l'espèce humaine, et établir une ou des hiérarchies dans la ou lesquelles certaines sont supérieures en certains points. Le racisme, en tant que représentation, existe à différents niveaux à peu près dans la tête de tout le monde, et a des conséquences préjudiciables pour tout le monde plus ou moins directement. En parler, lutter contre, changer les mentalités, c'est à terme bénéfique pour tout le monde.

Essentialiser une partie de la population sur une base raciale et dire qu'elle n'est pas concernée par les préjudices liés au racisme, c'est du racisme par définition. Nier l'existence de conséquences négatives du racisme pour les blancs, c'est du racisme. Utiliser l'existence de ces conséquences pour légitimer d'autres formes de racisme, c'est aussi du racisme.

Si l'on veut changer les mentalités et venir à bout du sexisme et du racisme, il faut qu'on soit tous d'accord sur le fait que ça nous nuit à tous.

135 .

>>133
Pourquoi en avoir honte alors ?

136 .

répondre sérieusement à un message littéralement incohérent qui passe du coq à l’âne

137 .

>>134
Rejeter la faute sur les hommes, les essentialiser comme méchants et bénéficiaires du sexisme, c'est la meilleure manière de décrédibiliser tout propos féministe (je préfèrerais le terme antisexiste d'ailleurs, de la même manière que l'antiracisme n'est pas le minoritisme) [..] Nier l'existence de conséquences négatives du racisme pour les blancs, c'est du racisme. Nique ta grosse pute de mère le facho.

138 .

>>137
ptdr

139 .

>>137
Nique ma grosse mère à moi antifa stp

140 .

>>118
Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire :
L’article en question est https://jamanetwork.com/journals/jamainternal... et ne concorde pas du tout avec le résumé que l’auteur en fait. Le résumé de l'auteur dans Quillette :
28 percent of men and 37 percent of women presented without chest pain. A difference to be sure, but not enough to recommend a different and more aggressive screening strategy for women when the underlying disease being screened for appears to be more indolent in women. Le résumé des auteurs de l'article du JAMA eux-mêmes :
Women are significantly less likely to report chest pain or discomfort compared with men. These differences, however, are not likely large enough to warrant sex-specific public health messages regarding the symptoms of ACS at the present time. C'est quand même globalement la même idée générale. On pourrait pinailler sur le sens exact des mots employés, mais dire que ça ne concorde pas du tout, ça me paraît exagéré.

>>120
j’ai pas spécialement envie de creuser là maintenant, j’ai de sérieux doutes sur la qualité du raisonnement C'est trop tard, Ânon. Tu aurais dû creuser au moment où le lien a été posté pour la première fois. Mais comme, à l'époque, il confirmait tes a priori, tu l'as accepté sans réfléchir, sans cliquer dessus, sans même lire le titre. Maintenant que tu n'es plus d'accord avec la conclusion, tu peux toujours creuser autant que tu veux à la recherche de potentielles failles dans l'article, il est de toutes façons établi que tu appliques des standards épistémiques différents selon ce que tu as envie de croire. Je sais maintenant que tu obéis aveuglément à ton biais de confirmation sur ce sujet, alors c'est trop tard pour jouer les esprits critiques.

D’autant plus que l’auteur fait référence aux théories féministes, comme pour les réfuter sans en avoir l’air, alors que les thèses féministes sur le sujet sont que la santé des hommes est considérée comme la santé en général, tandis que celle des femmes est considérée comme un champ spécialisé ; ce qui pour le coup serait corroboré par sa comparaison Énorme déplacement de poteaux. Un peu plus tôt, on avait :
Au contraire, c’est un sujet récurrent dans les milieux féministes. Un exemple fréquemment cité est la sous-détection des crises cardiaques chez les femmes, qui tendent à se manifester avec un tableau clinique différent. On avait donc la proposition 1 : « les spécificités de la santé des femmes sont ignorées par la recherche, donc céléfamquisouffreleplus ».
Depuis, la proposition 1 a été formellement contredite par l'observation. Ânon féministe a donc déplacé les poteaux, et affirmé la proposition 2 à la place :
« les spécificités de la santé des femmes reçoivent beaucoup plus d'attention que celles des hommes, mais ça veut dire que la santé des femmes est vue comme une spécificité de celle des hommes, donc cétoujoursléfamquisouffreleplus ».
Deux assertions complètement contradictoires. Et à chaque fois, on a eu droit à un « c'est ce que disent les féministes depuis toujours, voyons ! ». Zéro consistance, zéro honnêteté intellectuelle.

à l’ignorance (encore !) des thèses féministes selon lesquelles c’est l’intériorisation d’une masculinité toxique Tu trolles, j'espère. J'ai posté un lien qui dénonce le victim blaming sur la santé des hommes. En voici un autre plus fouillé : https://oadoi.org/10.1177/0706743718758041
Le rapport des NIH est très évocateur, il existe des *discriminations systémiques et institutionnelles* contre les hommes. Alors toi, évidemment, tu te précipites pour nous dégueuler ton discours pré-enregistré que c'est toujours les hommes les coupables (trope qui existe depuis l'antiquité, au passage). Et en plus, tu nous fait l'affront de dire que c'est la « thèse féministe » officielle. Ben non. Il y a plein de courants féministes autres que ton radicalisme à la con. Certains veulent juste éliminer les discriminations systémiques et institutionnelles, quelle que soit leur cible. Si tu préfères invisibiliser ces discriminations quand elles touchent les hommes, et perpétuer le poncif de l'homme-coupable, c'est qu'on n'est pas du même féminisme.

Pour ramener le fil dans sa direction d'origine, voilà un article surprenant sur le sommeil. Pourquoi on dort, voilà bien un des Grands Mystères de la Vie. Récemment, il y a eu pas mal de découvertes sur ce sujet, surtout en neurosciences : le sommeil a plein d'utilités pour l'apprentissage, la potentialisation à long terme, la réparation de l'ADN, etc. Mais cela n'explique pas pourquoi un animal qui ne dort jamais finit par mourir au bout de quelques jours. Ce nouvel article montre un phénomène complètement inattendu (chez la drosophile et la souris), et n'ayant rien à voir avec le cerveau. Quand ce phénomène est compensé, des mouches modifiées qui ne dorment pas retrouvent une espérance de vie normale. De quel phénomène s'agit-il ? Je vous laisse le découvrir en lisant l'article :
https://www.cell.com/cell/pdf/S0092-8674(20)3...

141 .

>>140
jtm

142 .

>>140
Tu passes ton temps à me coller des opinions que je n’ai pas (stratégie rhétorique pour créer de la polarisation), tu es extrêmement désagréable, tu crois que je dégueule un pré-enregistré alors que non, j’ai des positions relativement marginales par rapport au féminisme mainstream, et tu vois des contradictions où il n’y en a pas car tu manques de finesse dans tes raisonnements. Autant te dire que j’osef pas mal de tes réfutations très, très nulles.

143 .

>>142
un discours pré-enregistré*

144 .

>>142
BaaaahVoyons_Zemmour.jpg

145 .

>>142
Tu passes ton temps à me coller des opinions que je n’ai pas (stratégie rhétorique pour créer de la polarisation), tu es extrêmement désagréable, tu crois que je dégueule un pré-enregistré alors que non, j’ai des positions relativement marginales par rapport au féminisme mainstream, et tu vois des contradictions où il n’y en a pas car tu manques de finesse dans tes raisonnements. Autant te dire que j’osef pas mal de tes réfutations très, très nulles. [biiip ! Fin des nouveaux messages. Appuyez sur 1 pour ré-écouter.]

146 .

>>144
BaaaahVoyons_Zemmour.jpg Bon ben ça y est les jvchiens sont installés.

147 .

>>142
j’ai des positions relativement marginales par rapport au féminisme mainstrea des âneries du type "lézom souffrent" ou "le féminisme vise l'égalité" Désolé de te le dire, mais tu as des takes extrêmement ordinaires.

148 .

>>147
Ce sont les âneries du personnage que tu as créé dans ta tête, pas les miennes. Si tu avais été de meilleure foi tu aurais pu tout simplement demander en quoi mes positions sont marginales. Mais hélas, il faut cracher toute cette bile.

149 .

>>147
"le féminisme vise l'égalité" des âneries Ça a le mérite d'être clair, suprémaciste-de-funès.

150 .

>>149
Bah pas forcément une ânerie, mais quelque chose de naïf oui. Je pense pas que le féminisme aurait pour endgame un monde défini comme celui où les femmes gagnent autant par mois que les hommes et soient considérées autant. Enfin, ça serait un critère pour définir un monde idéal féministe, mais je ne pense pas que ça soit suffisant de se tenir à ça, d'où l'ânerie.
L'endgame du féminisme matérialiste et de la lutte intersectionnelle en général, c'est une critique des catégories de l'entendement même de la domination, c'est à dire la race, le genre, la classe, etc. Pas de venir arriver comme l'ambulance du capital et du patriarcat pour venir réparer les problèmes après coup à grands renforts de procès et d'amendes sans en déraciner la cause fondamentale, qui est inextricablement liée à la domination sociale dans toutes ses formes, sexistes, coloniales, racistes, classistes, etc.

151 .

>>150 est très intelligent et est le seul à avoir compris ça. Même un ânon qui met un lien vers un texte de Dworkin qui dit la même chose ne l’a pas compris, car il n’est pas >>150. >>150 est beau et fort. >>150 peut soulever la tour Eiffel par la seule force de son esprit. >>150 est le principe même de l’univers fait conscience.

152 .

>>151
Excuse-moi si formuler ça en termes d'"égalité" c'est s'exprimer dans la grammaire qu'on cherche précisément à détruire. Mais bon, apparemment j'ai mis le doigt sur quelque chose de sensible.

153 .

>>150
Et le nom de ton mouvement, le mot "féministe" lui-même, il n'est pas dans la grammaire que tu cherches à détruire ?

154 .

>>149
L'égalité c'est un mythe. L'équité c'est le vrai truc cool. Renier l'égalité ne veut pas necessairement dire prôner l'inégalité.

155 .

>>154
L'idée c'est de sortir du mode de pensé quantitatif entre des catégories mais de s'attaquer aux catégories elles-mêmes en montrant d'où elles sortent (de l'histoire) et comment elles se renforcent mutuellement

156 .

>>155
"Je ne suis pas féministe, je suis humaniste."

157 .

>>155
Et #alllivesmatter bien sûr.

158 .

>>156
>>157
Hein ? Non, précisément, la rhétorique humaniste c'est celle de l'égalité théorique, de la loi et des institutions au lieu des mentalités. Je ne suis pas humaniste et black lives matter.

159 .

>>155
Je comprends l'intérêt de s'attaquer à la notion d'égalité, mais pour l'équité? Tu veux dire que ces deux notions se renforcent mutuellement et qu'au final il faudrait aussi s'attaquer à l'équité?

160 .

Les classes dirigeantes font tout pour que les noirs et les blancs se mettent sur la gueule pour pouvoir enterrer la lutte des classes.

Il n'y a aucune raison pour un blanc n'appartenant pas aux classes dirigeantes de se sentir coupable de l'esclavage et de la colonisation puisqu'elles sont le fruit des classes dirigeantes du passé (blanches ET noires puisque accomplis avec la complicité des dirigeants noirs de l'époque, roitelets, chefs, chamanes et autres qui étaient bien contents de vendre leurs peuples pour leur propre profit). Jadis comme aujourd'hui, blancs et noirs exploités doivent s'unir contre les classes dirigeantes de toutes les couleurs.

161 .

>>159
Non mais "dans les faits" je suis pour une société aussi égalitaire que possible (ou équité si vraiment tu penses que la nuance est importante). Simplement, je pense que dire que "le but du féminisme c'est l'égalité entre les hommes et les femmes" c'est prendre qu'une partie du projet de la destruction du patriarcat (le signe empirique de l'égalité des sexes) et non pas le but activement recherché (la fin des catégories sexistes en général)

162 .

Ici >>92 j'avais écrit :
Je me demande pourquoi les activistes pour l'égalité des sexes n'en parlent pas plus souvent. À quoi l'on m'a répondu :
Au contraire, c’est un sujet récurrent dans les milieux féministes. En ces temps révolus, quand les (fausses) informations suggéraient (faussement) que les femmes étaient défavorisées, les concepts de femmes ou d'égalité ne posait pas de problème. On allait jusqu'à parler de tableaux cliniques différents, mais à l'époque personne n'a crié à l'essentialisme. Il a fallu qu'on parle de discrimination contre les hommes pour que l'égalité devienne une ânerie, que le genre redevienne une construction sociale, tout ça pour ne surtout pas admettre que notre société pourrait faire mieux dans sa façon de traiter les hommes. C'est une stratégie de motte castrale évidente et hypocrite, qui finalement dissimule une adhérence inconsciente aux normes gynocentriques traditionnelles.

163 .

À quoi l'on m'a répondu : Différentes personnes répondent différentes choses. Dans une perspective de féminisme matérialiste, ça évoque davantage justice redistributive que déconstruction et théorie critique.
inb4 mais Dworkin Je pense pas que Dworkin dise que le but du féminisme soit l'égalité entre hommes et femmes.
On allait jusqu'à parler de tableaux cliniques différents, mais à l'époque personne n'a crié à l'essentialisme. Mais de quoi tu parles ?
Il a fallu qu'on parle de discrimination contre les hommes pour que l'égalité devienne une ânerie, Ben non, je suis juste entré à ce moment dans la discussion.
que le genre redevienne une construction sociale, C'est précisément la définition du genre.
tout ça pour ne surtout pas admettre que notre société pourrait faire mieux dans sa façon de traiter les hommes Tout ça pour ça sérieusement ? Oui la société peut faire mieux dans sa façon de traiter les hommes, oui les hommes souffrent du patriarcat. Mais on te rira systématiquement au nez si tu veux réorienter une discussion féministe vers "oui mais les hommes", quand bien même c'est vrai qu'ils subissent -dans des modalités différentes- le patriarcat.

164 .

>>156
dissolvons le sexisme et ses catégories le sexisme est la faute des zoms (une catégorie du sexisme), il s'agit en fait du patriarcat le nom de notre mouvement devrait dériver de celui d'une des catégories du patriarcat
>>157
luttons contre le racisme le racisme est la faute des blancs (une catégorie du racisme), i ls'agit en fait de la violence policière le nom de notre mouvement devrait insister sur le fait qu'une des catégories du racisme est perçue comme plus concernée que les autres
Depuis l'Épopée de Gilgamesh les mêmes clichés. À utilisesr un tel langage on ne déconstruit rien.

165 .

L'histoire n'est "la faute" à personne, que les hommes participent au sexisme ne veut pas dire que "la faute" leur en revient, mais qu'ils sont le support de dynamiques sociales c'est déjà avancer un peu. Je vois pas ce que la faute de qui que ce soit vient faire là dedans.

166 .

>>165
Et les femmes ne sont pas aussi le support des mêmes dynamiques ? Pourquoi on parle de patriarcat alors qu'il s'agit de division sexuelle des tâches et d'asymétries sociales à somme nulle comme les ethnologues ont su en décrire depuis Lévi-Strauss ?

167 .

Et les femmes ne sont pas aussi le support des mêmes dynamiques ? Bien sûr que oui, la misogynie intériorisée (comme le racisme intériorisé) c'est aussi triste que commun.
il s'agit de division sexuelle des tâches et d'asymétries sociales à somme nulle comme les ethnologues ont su en décrire depuis Lévi-Strauss ? Plaît-il

168 .

>>167
https://en.wikipedia.org/wiki/Sexual_division...

169 .

>>168
En quoi ça serait à "somme nulle" ? De quel point de vue ? C'est pas un peu unidimensionnel ?

170 .

>>163
Et donc, tu rejettes l'appellation "féministe" ou pas ?

171 .

>>170
Pour moi ? Je suis un homme, donc de base ça paraît gênant.

172 .

Voici un article paru dans eLife, qui combine des considérations mathématiques intéressantes avec des modifications génétiques de l'extrême.
Voyez plutôt, Optimal searching behaviour generated intrinsically by the central pattern generator for locomotion :
https://elifesciences.org/articles/50316 (accès libre)

La question est, si tu es un animal qui cherche de la nourriture qui se trouve à des endroits précis disposés au hasard dans l'environnement, quelle est la meilleure stratégie pour la trouver ? Il y a plus de vingt ans, des mathématiciens ont démontré que le meilleur algorithme était le « vol de Lévy » (https://oadoi.org/10.1038/44831).
Un vol de Lévy, c'est quand tu te déplaces d'une distance au hasard, avec une probabilité inversement proportionnelle à la distance. Cela veut dire que la plupart du temps l'animal va faire de petits déplacements locaux, mais de temps en temps il fera des sauts beaucoup plus grands, sans limite théorique de distance, ce qui permet d'explorer le plan de façon plus homogène. En comparaison, une marche aléatoire « classique » (i.e. le processus de Wiener) explore une gaussienne autour du point d'origine, comme un colorant qui diffuse dans une liquide par mouvement brownien. Il repasse donc souvent par des endroits déjà explorés, ce qui n'est pas très utile.
Pour visualiser le vol de Lévy et jouer avec les paramètres, je ne peux que recommander le site Complexity Explorables :
https://www.complexity-explorables.org/explor...
Si vous ne connaissiez pas Complexity Explorables, n'hésitez pas à regarder tout le site, il est vraiment bien.

Il se trouve que le vol de Lévy a souvent été observé dans la nature, pour des organismes qui cherchent de la nourriture ou des nutriments. Par exemple, cela a été observé avec des requins dans l'océan (https://www.nature.com/articles/nature06518), mais aussi chez les bactéries et chez les larves d'insectes.

C'est justement de ces dernières que parle le nouveau papier (pour rappel https://elifesciences.org/articles/50316). Est-ce que les larves font vraiment des vols de Lévy par instinct, ou est-ce que c'est juste un artefact dû au fait qu'elles sentent la nourriture à distance ou se rappellent où elles sont déjà passées ? Pour tester ça, ils ne font pas dans la dentelle : ils ont simplement retiré toutes les voies sensorielles afférentes des larves par modification génétique, y compris le feedback des muscles. Genre, leurs larves n'ont aucune sensation et aucune information sur le monde. Et qu'est qu'ils voient ? Les larves aveugles font toujours des vols de Lévy. Cela suggère que la stratégie du vol de Lévy est plus ou moins ancrée dans leur cerveau par instinct, et pas quelque chose que les larves apprennent par l'expérience.

173 .

>>171
??

174 .

>>173
Je ne me dirais pas "féministe", non. Allié, oui, à la rigueur.

175 .

>>172
Très frais, merci Ânon.

176 .

Cet article date de 2015 mais vous devez le lire car les figures sont a-do-rables.
https://www.researchgate.net/publication/3177...

177 .

Un Ânon calé en géologie peut-iel me donner son avis sur ceci :
https://science.sciencemag.org/content/367/6480/907
D'après l'analyse de carottes dans le pergélisol, lors du dernier événement de déglaciation, relativement peu de méthane a été émis dans l'atmosphère. Si cela se confirme, ça voudrait dire que la fonte du pergélisol est moins dangereux que ce qu'on imagine (mais je n'ai quand même pas envie d'essayer pêh).

178 .

>>172
D'ailleurs c'est je crois une stratégie viable (et que je vois souvent sur des replays accélérés) avec les jeux tels que Don't starve.

179 .

Introduisant Mossa Vasquez et al., 2018, Resting stated-tractography-fMRI in initial phase of spiritual possession - A case report.
https://oadoi.org/10.15761/TiM.1000137
Une femme mexicaine est possédée par le Diable depuis plus de quinze ans. Elle a subi un certain nombre de traitements psychologiques, psychiatriques et pas moins de 5 exorcismes (sans succès). Des chercheurs ont alors fait ce que n'importe quel chercheur aurait fait dans cette situation : ils l'ont mise dans une appareil à IRM fonctionnelle et ont mesuré l'activation de son cerveau. Ils ont alors fait venir un prêtre catholique pour l'exorciser, toujours sous l'IRM, forçant le démon à se manifester. Au bout d'un moment, elle devient trop agitée et on est obligé d'interrompre l'IRM.

180 .

>>179
Marrant ça. Encore plus marrant la conclusion : "Je suis d'accord avec Freud quand il dit..." Merde alors débranche les appareils Roger !
Styles : Acrimonie Nuit