/a/ – Arbitraire

[Revenir]
Posting mode: Reply
Courriel
Sujet   (reply to 62074)
Message
Fichier
Vidéo   Help
Mot de passe  (pour supprimer le message ou le fichier)
  • Types de fichiers autorisés: GIF, JPG, PNG
  • La taille des images est limitée à 8192 Ko.
  • Les images supérieures à 250x250 pixels seront réduites.
  • 1252 utilisateurs uniques. Voir le catalogue

/a/ - Messieurs (et autres thots), parlons peu, parlons ...
Fichier 154918932272.jpg - (9.71KB , 273x184 , macronlunetttes.jpg )
62074 62074
Messieurs (et autres thots), parlons peu, parlons bien.

Au-delà du gilet jaune moyen qui ne voit pas plus loin que le bout de son livret A et souhaite la révolution pour acheter plus de Nutella à ses mômes, tentons de déchiffrer la situation économique et politique actuelle.

Que fait Macron ? Que fait-il réellement ? Eh bien il vend mon bon monsieur, il vend.

Longue tradition désormais depuis 1986 (coucou Jacquo), le gouvernement vend les entreprises et les infrastructures publiques pour arranger les budgets. Il y a bien sur Alstom (mais ca c'est fait) et pour 2019 c'est la Française des Jeux, les aéroports de Paris (et autres) et d'autres choses.

"Chouette !" vous dira votre libertarien interne. "Enfin ces vilaines entreprises publiques inefficientes vont devenir privées et tout ira mieux !" Oui mais non. Toutes les privations françaises, a de très rares exceptions, furent une catastrophe. Les autoroutes qui augmentent à l'infini (et plus l'excuse du remboursement), BNP Paribas, Orange, Areva, etc...

De plus, a chaque fois c'est bien la France qui devient pauvre. D'abord car on perd du patrimoine mais aussi car l'argent de la vente est affreusement mal utilisé. Si l'on cherche à rembourse la dette, on évite simplement de faire un emprunt à 0.8%. Or, par exemple, la FDJ et les aéroports de Paris ont un revenu de 8% annuel. Donc on perd 7.2% de rentabilité, des milliards en moins pour le budget et qui iront dans la poche des acheteurs.

Ensuite, le gouvernement cherche aussi à vendre notre système social. Sous couvert de "libérer les énergies" ou "améliorer le pouvoir d'achat", l'Etat supprime petit à petit les cotisations patronales et salariales. Or ces cotisations ne sont PAS un impôt mais du salaire différé, elles financent vos retraites et l'aide sociale.

Les cotisations patronales sont déja désormais largement redonnée aux grands patrons avec les lois Fillions et le CICE de Macron. Les cotisations salariales sont désormais dans la ligne de mire. Si on les supprime, certainement que l'on augmentera un peu les salaires... un peu. Mais réalisé une chose: un SMIC coûte 2100 euros. Oui, 2100 mais au patron, pas au salarié. Donc si on supprime toutes les cotisations, le SMIC donné aux salariés devrait être de 2100 euros... vous pensez qu'ils vont le faire ?


La vérité c'est que Macron ne fait qui suivre les directives européennes qui veulent détruire toutes protections sociales. Cette politique ne sert en aucun cas les intérêts de la France qui reste le pays avec le PLUS de patrimoine (infrastructures, entreprises, etc...) d'Europe, plus que l'Allemagne.

Voilà ce qui se passe dans votre pays.
>> 62078
Si l'Europe cherche à détruire le social, pourquoi les europhobes anglais l'accusent d'être un agent du socialisme ?
>> 62079
>>62078
Parce que c'est des débiles ? Les Anglais europhobes ont utilisés tous les arguments possibles et imaginables pour dire du mal de l'Europe mais évitant de dénoncer ce qu'ils représentent aussi, l'ultra-libéralisme.

Les Britanniques ont une longue tradition élitiste et capitaliste qui concentre les richesses dans les mains d'une minuscule aristocratie. Ce qu'ils n'aiment pas dans l'Europe c'est qu'elle fait la même chose... mais dans un nombre de mains encore plus réduit (et moins anglaises).
>> 62082
De plus, soyons clair, je ne suis pas en faveur d'un système sans protection sociale... mais je suis encore moins pour un système qui n'agit pas en faveur du peuple.

Si les Anglais parviennent à créer un gouvernement ultra-libéral mais qui agis dans le but d'enrichir la totalité du pays et d'améliorer la vie des citoyens, je dis très bien. C'est déja 100 fois mieux qu'un système social qui a pour objet d'enrichir une poignée en plongeant les autres dans une misère "tolérable".

Mais dans l'idéal je préfère un système social ET qui n'est pas hypocrite.
>> 62083
Plutôt d'accord avec PO. Je nuance néanmoins, j'aimerais volontiers que les revendications de bout de chandelle des Gilets Jaunes aient le mérite de pouvoir questionner sur l'organisation même de l'état social français, son inutile enchevêtrement administratif et son absence d'éthique.

C'est ce qui me désole globalement avec le logiciel "gauche", c'est l'angoisse autour de cette question, peut être encore plus violente et inutile que sur celle des migrants.
>> 62084
>>62083
La question est donc: Comment faire pour que le gouvernement arrête de trahir l'intéret des français ?

La solution de la droite libérale c'est de limiter au maximum les pouvoirs et la taille du gouvernement pour limiter les dégâts. Mais là je m'y oppose car ainsi on laisse la place au secteur privé qui lui n'a même pas l'obligation de viser l'intérêt commun.

La solution de la gauche est d'éduquer et de responsabiliser les gens pour élire des "bons" gouvernements mais ici on oublie totalement le rôle des médias, défendeurs d'intérêts privés, qui créent l'opinion publique. C'est pourquoi je suis en faveur des mouvements contestataires qui gardent les politiciens (plus) honnêtes. Et aussi bruler BFM.
>> 62088
>>62084
Je pense que ça passe par une refonte totale du système de l'éducation nationale, par la conception matérielle du concept de contrat social, et également par une nouvelle formation des élites politiques.
>> 62089
>>62084
Et on en revient au discours de prof, diabolisant le monde du "privé" et glorifiant l'éducation qui, quand elle est bien faite, rend forcément tout le monde d'accord avec le prof de gauche.

J'ai vu plus de gens agir en faveur de causes sociales dans le privé que dans le public. Les entreprises ont beaucoup plus d'éthique qu'on ne le pense. On va te sortir Monsanto dans la presse pour dépeindre une World Company sordide et on va passer sous silence tous ceux qui alignent leur production sur des standards écolo ou qui poussent en avant des pratiques équitables vis-à-vis des producteurs. Oui ils le font sûrement parce qu'ils ont un intérêt mercantile, mais c'est marrant quand on cesse de penser que l'argent c'est sale on se rend compte que le meilleur moyen d'en gagner c'est en faisant aussi des bonnes choses.
>> 62093
>>62089
Bon mon gars faut arrêter avec les références aux guignols de l'info, tu tournes en rond. Tu as rencontré des mecs biens dans ta boîte ? Tant mieux pour toi, tu as rencontré des humains, il y en a partout.

Après si c'est être un "prof" de dire qu'une entreprise n'a pas pour objectif le bien commun, bah ton prof il a raison connard. C'est pas une question de "gentil" ou de "méchant", c'est une question de nature. On créer une entreprise pour gagner de l'argent. Ce n'est pas amoral, ce n'est pas maléfique, c'est normal. Du coup, personne ne doit attendre d'une entreprise qu'elle sacrifie volontairement son intérêt pour qu'elle améliore la condition humaine.

Par contre un état, en principe, c'est tout l'inverse. Sa nature EST le bien commun et la situation anormale apparait quand elle ne le cherche plus. Alors oui on est peut être dans une situation anormale où certaines entreprises font plus de bien que l'Etat mais ce n'est PAS normal, ni acceptable et ce n'est certainement pas une solution pour l'avenir.
>> 62096
>>62093
L'état n'est pas là pour le bien commun, il est là pour remplir le programme sur lequel on l'a élu, et ce n'est jamais le bien commun.

C'est pas la question de "rencontrer des gens sympas dans ta boîte", c'est de savoir que les entreprises ont toutes une déclaration de principe et des valeurs.

Si être un connard c'est voir plus loin que des clichés sur le privé, ça me va très bien. Toute personne qui s'arrête à "une entreprise n'existe que pour le pognon" n'a rien compris au monde qui l'entoure.
>> 62097
>>62096
Mais SI une entreprise n'existe que pour le pognon. C'est le principe d'une entreprise ! Elle véhicule des valeurs et des principes ? Mais c'est d'autant plus inquiétant quand les entreprises commencent à se prendre pour des états.

On tolère cela chez les Etats parce que justement la population est censé la tenir en respect avec la démocratie (quand elle fonctionne). Mais les entreprises ? Je les tiens comment moi, si je suis pas milliardaire ? Si les entreprises agissent comme des états alors on est en train de créer des centaines de petites dictatures et aristocraties et personne pour les surveiller.

Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. Une entreprise doit chercher à faire des profits et un Etat, au dessus des entreprises, doit chercher le bien commun. Les problèmes arrivent quand la situation s'inverse.
>> 62102
>Au-delà du gilet jaune moyen qui ne voit pas plus loin que le bout de son livret A et souhaite la révolution pour acheter plus de Nutella à ses mômes, tentons de déchiffrer la situation économique et politique actuelle.
Oui, les gilets jaunes sont des idiots alors que nous sommes ici entre gens de qualiter bien éduqués. Ben voyons.

> Si l'Europe cherche à détruire le social, pourquoi les europhobes anglais l'accusent d'être un agent du socialisme ?

>>62096
Kek. C'est presque touchant de naïveté. Soyons réalistes (et déterministes) cinq minutes. Une entreprise n'est "sympa" que dans la mesure où son bilan trimestriel le lui permet. Si elle fait des choses bien et que tu le sais, c'est du PR. Il y a un impact direct sur le résultat trimestriel et tu penses vraiment que le conseil d'administration de la boîte en à quelque chose à foutre de tes préoccupations éthiques larmoyantes ? Si dans la finance, un trader a des scrupules pour spéculer sur des biens, c'est une faute professionnelle grave. Peu importe que ça mette les gens dans la merde, quelqu'un d'autre prendra le deal à sa place s'il a des états d'âme. La liquidité de la finance, c'est pareil. Si les investisseurs peuvent se tirer lorsqu'ils le désirent pour aller là où l'herbe est plus verte (où les retours sur investissement sont meilleurs), ils le feront tant qu'on leur en laisse la possibilité. Je te laisse connecter les points et voir en quoi la dérégulation financière a accéléré la désindustrialisation en France à partir des années 80.
C'est presque amusant de voir à quel point les poncifs et caricatures que vous plaquez sur vos contradicteurs de gauche sont périmés. J'irai même jusqu'à dire qu'il y a une alliance objective, pour reprendre le terme de Lénine, entre la gauche critique de la finance et le capital productif. Tout le monde n'opère pas dans des divisions binaires stupides du type marché/état, seulement les demi-habiles, merci de ne pas considérer que quelqu'un, parce qu'il n'est pas d'accord avec vous, est incapable de penser plus loin.
>> 62103
>>62102
> Si l'Europe cherche à détruire le social, pourquoi les europhobes anglais l'accusent d'être un agent du socialisme ?

J'ai cité ça et pas répondu. Parce que les anglais (et les français sont pas mieux) ne pigent rien à ça ? Demande à un américain, un anglais ou un français qu'est-ce que la différence entre socialisme, social-démocratie et démocratie socialiste. Je te le donne dans le mille, ils n'ont en tête que des idées confuses, le socialisme pour eux c'est quand l'état taxe les entreprises et fait venir de l'immigration pour apprendre la sharia à des enfants transgenres sous des burqas.
>> 62105
>attribuer une unique intention monolithique et claire à chaque type d'organisation découpé à la hache
>penser que ces intentions suffisent à modéliser correctement le comportement des organisations réelles
>> 62108
>>62105
Quel monolithe ? Il y a une combinatoire d'ambitions individuelles qui se compose dans un résultat final. C'est le désir de chaque actionnaire, chaque manager, chaque employé, pondéré par leur puissance de déterminer les autres (plus grande pour l'actionnaire que pour le manager et plus grande pour le manager que pour l'employé) qui nous donne le résultat final.
>> 62109
>>62096
> Toute personne qui s'arrête à "une entreprise n'existe que pour le pognon" n'a rien compris au monde qui l'entoure.

Putain cette blague. Autant tu peux attribuer d'autres qualités à un commerce de quartier, un artisan ou peut-être une petite PME, mais dès que des investisseurs rentrent dans la boucle, on oublie tout à par le retour sur investissement.
>> 62110
>>62109
Mais clairement, il est fini le temps de l'entreprise à papa, résultat du travail d'une vie pour batir du solide... maintenant ce n'est plus le "patron" qui dirige sa boite (sauf les PME mais c'est quantité négligeable et tout le monde le sait) mais un groupe d'actionnaires qui n'ont pour but que d'empocher des dividendes sur le court terme. La situation idéale aujourd'hui pour un investisseur est d'acheter une boite, la vider de tout ce qui a de la valeur pour gonfler artificiellement les profits et donc les dividendes puis de revendre la coquille vide a des couillons attirés par les dividendes que tu viens de faire.

Tu crois que c'est un modele qui construit une belle économie ? Eh bah pourtant c'est ce modèle que Macron applique à la France.
>> 62111
>>62110
Ça roule, monsieur Drahi ?
>> 62112
Question surement très con mais... pourrais simplement aller directement en mode Cuba ? Je m'explique.

Soyons franc, la France et l'Europe en général ne sont pas les grands mondialisations. Même nos élites qui se gavent, se gavent nettement moins que les élites américaines ou chinoises et surtout se gavent en sachant que ca ne va pas durer, là où le capitaliste chinois peut encore espérer faire tourner la machine quelques temps.

Du coup... pourquoi ne pas dire stop ? L'énorme argument contre la taxation des riches, le code du travail, la protection sociale, la limitation des mouvement de capitaux et de ses revenus c'est que l'on risque de faire peur aux sacro-saints investisseurs etrangers. Mais pourquoi pas leur dire merde ?

Que donnerait vraiment une France coupée du monde ? On peut nourrir notre population, il faudra juste se passer des fraises en hiver (super écolo), on peut produire notre electricité avec le nucléaire (moins écolo quoi que), on a le savoir faire pour produire toutes les machines, mécaniques et electroménagers pour peu qu'on réouvre les usines fermées il n'y a pas si longtemps. Bon ok, plus de smartphones ou de télé plasma mais franchement si c'est la seule raison du mondialisme...

En se concentrant sur nos besoins nationaux on se débarasse d'une horde de sangsues qui ne produisent rien (non je ne parle pas des migrants) et on assainie notre économie. Certes les bénéfices du CAC40 seront moins flashy mais franchement, qu'est ce que l'on perd vraiment ?
>> 62113
>>62111
Drahi s'est enrichi exactement de la manière que je critique. Tu veux juste troll ou bien ?
>> 62114
>>62112
Ah mais je suis complètement d'avis qu'on a pas besoin d'importer des ananas d'avion et que fabriquer des choses pour durer et les réparer plutôt que pour pouvoir les jeter et en racheter plus pour faire tourner la machine, c'est plus intelligent.
Mais il y a tout un travail idéologique mené, sur les plateaux de télévision, on fait l'équation entre une sortie du marché libre et d'un "repli sur soi". Il y a aussi le sophisme archifréquent de "le marché c'est la paix, l'autarcie c'est la guerre", quand on voit les effets du marché libre sur la fraternité entre les peuples dans l'espace européen, on repassera. Pour le cas de la Grèce, de l'Allemagne, de l'Italie, du Portugal, de l'Irlande, les tensions sont en train d'exploser parce qu'il y a des peuples qui sont martyrisés par d'autres. Le pire, c'est que l'Allemagne elle-même n'a pas réclamé cette position archidominante au sein de l'UE et notre pays est très fière d'être le brillant second de cette domination.
Pourquoi on reste dans le paradigme néolibéral ? Il y a plein de raisons historiquement. Surtout la chute de l'URSS et le développement sociologique de la finance en position de contrôle de l'économie. Avant, la finance c'était un boulot inintéressant qui ne faisait rêver personne. Aujourd'hui on a des films qui font rêver et constituent les traders comme personnages charismatiques, genre The Wolf of Wall St ou The Big Short.
>> 62115
>>62114
>fier*
>> 62119
Je sais comment regler la crise. Je sais comment regler deux crises tant qu'a faire.

On échange macron et maduro.
>> 62120
>>62112
Putain c'est beau ce que tu dis Anon. Tu serais considéré comme un rouge brun mais c'est beau.
>> 62121
>>62120
Pas grand-chose de brun là-dedans.
>> 62122
>>62121
+1
>> 62123
>>62121
C le repli sur soi §§§§§


 
Raison