/a/ – Arbitraire

[Revenir]
Posting mode: Reply
Courriel
Sujet   (reply to 60476)
Message
Fichier
Vidéo   Help
Mot de passe  (pour supprimer le message ou le fichier)
  • Types de fichiers autorisés: GIF, JPG, PNG
  • La taille des images est limitée à 8192 Ko.
  • Les images supérieures à 250x250 pixels seront réduites.
  • 1395 utilisateurs uniques. Voir le catalogue

/a/ - Anon, le sujet avec lequel j'aimerais m'...
Fichier 153919177176.jpg - (45.87KB , 736x736 , IMG_20180820_025933.jpg )
60476 60476
Anon, le sujet avec lequel j'aimerais m'entretenir avec toi est affaire sérieuse et même si je suis le premier à admettre que la situation a un potentiel comique, j'en ai perdu le sommeil.

Tout les étés, après la fac, je travaille dans le camping de ma mère, en juin dernier, nous avons eu parmi les intérimaires, une jeune fille. Rien de particulier en soi, on a l'habitude.

On n'a jamais échangé plus qu'un bonjour pendant des semaines, jusqu'aux derniers jours de aout. L'équipe s'envoie souvent des cuites après avoir fermé le camping, pendant la soirée, elle m'a dragué et pas de façon subtile, c'était même vraiment obscène et dieu sait que j'aime l'humour beauf.

Je suis loin d'être un modèle Instagram, je suis du genre à me retourner sur chaque fille qui passe alors ça va te surprendre mais j'ai repoussé la première femme à m'avoir fait du charme. Elle avait beau être attirante et avoir visiblement pris le soin de se maquiller, son attitude m'a foutu mal à l'aise...

C'est difficile à expliquer et certainement encore plus à comprendre mais je pense que la comparaison la plus proche, c'est ce qu'éprouve une femme en pleine banlieue parisienne à minuit quand elle est seule, un peu éméché et qu'elle sent le regard des hommes qui la suivent depuis une demie-heure. Ma collègue n'avait pas encore dit un truc, quand j'ai croisé son regard, j'ai eu une impression de danger. Et au bout de 5 minutes de conversation, je ne voulais plus rester à coté d'elle. J'ai rejoint un autre groupe et je n'ai plus fait attention à elle.


Bref, 4 ou 5 heures plus tard, je me dirige dans ma caravane pour aller me coucher. Je ferme la porte, me met en caleçon et me glisse dans le lit.

J'ai pas soulevé la couverture qu'on me saute dessus, j'ai juste eu le temps de reconnaitre la fille que j'ai planté avant qu'elle ne me plaque la main sur les lèvres et dise:
"Un son et tu deviens un violeur, hoche la tête si tu m'as comprise"
J'ai entendu sans comprendre autre chose que cette fille était folle à lié et capable du pire.

Je mesure 1m87 pour 74 kilos et elle devait bien en faire 1m62 mais je l'ai laissé faire. Parce que son regard ne m'a pas quitté une seconde et on ne m'a jamais regardé avec autant de haine, j'étais sur qu'elle allait me tuer.

J'ai passé le reste des vacances à éviter ma violeuse. Alors que je changeais les filtres des cafetières, j'ai entendu sa voix et je me suis figé une seconde avant de reprendre ma tâche mais ma mère m'a interpellé au bout de 2 minutes et m'a dit de faire mes valises, mon père me ramenait en Bretagne.

Putain, elle m'a accusé de l'avoir violé ???? Je cherchais quoi répondre quand ma mère m'a tendu un mouchoir en me disant d'essuyer mes larmes. Je pleurais sans m'en être rendu compte et apparemment, cela fait 2 jours que tout le monde s'inquiétait pour moi...Tu parles d'un soulagement.

Bref, j'ai passé le mois de Septembre a penser à autre chose. Les intérimaires changent chaque années, c'était derrière moi.

J'ai écouté ma messagerie vendredi matin en constatant un appel manqué. C'était la voix joyeuse et enthousiaste de la fille qui m'avait abusé. Elle m'annonce sans détour qu'elle est à l'IEP à 3 arrêts de bus de ma fac, que ma mère lui a donné mon numéro parce que "c'est bien que vous soyez devenus amis pendant ta formation ! Il y a une place qui t'attends si tu veux revenir l'été prochain" et que c'est super qu'on puisse passer plus de temps ensemble. Comme si on était potes d'enfances.

Je suis pas retourné à la fac depuis et vais manquer toute la semaine, certainement. Je dors si mal que je suis trop fatigué pour quitter le lit, je n'ai plus aucun appétit et je ne répond plus aux SMS des copains alors qu'on a prévu de faire une soirée Halloween sur Paris, les places sont prises et les hôtels réservés et je n'irais pas.

Quelque chose doit être fait. Mais quoi ? Comment ? Je porte plainte ? Mais qui va me croire ? Quelle preuve je peux donner ? Je lui parle ? Essayer de raisonner une psychopathe clinique ? Ces questions, je me les pose en boucle depuis vendredi sans trouver de réponses.

Anon, si tu as des questions, ne sois pas frustré par mon temps de réponse. Je tape ce message depuis 13 heures.
Agrandir toutes les images
>> 60477
>>60476
Simple, quand elle te recontacte tu lui demande si elle se rends compte qu'elle t'a violé, tu lui pose des questions pour la pousser à s'inculper puis en suite tu porte plainte avec tes preuves.

Mais bon, en toute honnêteté ânon je ne crois pas à ton histoire.
>> 60478
Fichier 153919904266.jpg - (121.91KB , 1024x768 , slide_10.jpg )
60478
>>60476
En tout cas essaye de ne pas t'isoler. Essaye d'aller à la fac malgré tout et va à ta soirée Halloween, si j'ai bien compris la violeuse est à côté de chez toi, et pas à Paris. Et puis parles-en à tes potes ou à des gens à qui tu peux faire confiance.
>> 60479
Je suis pas spécialiste de ce genre de questions mais il me semble que tu essaies de trouver trop de réponses à la fois (ce qui est compréhensible) et qu'il faudrait prendre chaque chose à la fois, pas à pas. Déjà, il y a les conséquences psychologiques pour toi qu'il faut traiter. Oui, voir un psychologue ou psychiatre, mais aussi parler à qui tu peux pour avoir du soutien émotionnel — c'est jugé par quelques mots au travers d'Internet mais ta mère a l'air d'être plutôt compréhensive non ? —, et aussi t'autoriser à faire preuve de compassion envers toi-même. À ce niveau là, ignorer les différences hommes/femmes et te penser avant tout comme un être humain serait utile : tu vas probablement spontanément sur-généraliser ta réaction de peur à des situations similaires à celle dans laquelle tu étais, même très partiellement, comme le font d'autres victimes de viol. Il faut les critiquer mais aussi ne pas t'en vouloir de réagir comme ça, c'est simplement humain, et tu as les capacités pour dépasser ça. Tu n'es ni une pure victime ni un roc inaltérable. Peut-être, sans doute, qu'il y a des associations qui peuvent t'aider pour trouver des thérapeutes capables de te traiter correctement, pour te soutenir et pour t'aider dans des démarches judiciaires. Sur comment gérer ça socialement, là on est vraiment en dehors de ce que je sais, peut-être que tu peux trouver des trucs utiles et parler sur des sites de discussions, surtout si tu peux lire voire écrire en anglais — je sais qu'il y a des trucs sur reddit (oui je sais, rrreee le reddit, fermez-la), et qu'il y a d'autres forums anglophones dédiés à ça. Ça pourrait te préparer à une confrontation potentiellement difficile avec la police. Pour les aspects plus judiciaires, si tu es en France saches que normalement dans ton département il y a une ou des maisons de justice et du droit où tu peux demander conseil gratuitement.


>>60477
>Mais bon, en toute honnêteté ânon je ne crois pas à ton histoire.
Si c'était totalement inventé ça devrait être bourré de clichés et être excessivement cohérent. Si ça devait être une invention le plus plausible serait quelqu'un qui a repris une ou plusieurs autres histoires réelles et a fait un mélange ou changé les sexes pour essayer de troller les féministes/gauchistes en trouvant des doubles standards. Mais il y a aussi des histoires comme celles d'OP sont réellement arrivées. Ton jugement est hâtif, ce qui peut avoir des conséquences délétères pour autrui.
>> 60480
>"Un son et tu deviens un violeur, hoche la tête si tu m'as comprise"
Là on cesse d'y croire, et de manière générale ton texte un peu trop littéraire, ça manque de spontanéïtéi, l'image n'est pas crédible non plus, et par pitié, ici c'est la France. Du reste ce n'est pas trop mal ficelé.
Voici un garçon qui a réellement vécu ce type d'expérience, bon visionnage. https://youtu.be/AMN0ygCr5vc
>> 60481
>>60480
>ici c'est la France
>ilditquilvoitpaslerapport.gif
>Fichier doublon détecté
>> 60482
>>60481
Ce post est certainement à un degré ironique trop avancé pour que je le comprenne.
>> 60483
>>60476
Mais est-ce que tu lui as dit « non » ?
>> 60484
La chance...
>> 60485
>>60484
>>60483
L'oppression patriarcale entre hommes en action.
>> 60486
>Putain, elle m'a accusé de l'avoir violé ???
Pour éviter ça dans mon entreprise c'est garni de caméras de surveillance afin qu'aucune femme ne soit violée ou n'ai à faire de chantage au viol. Nos contrats en font état.
https://www.cnil.fr/fr/la-videosurveillance-v...
>> 60489
T'as été violé mais tu bandais quand même ?
C'était pas un viol alors
>> 60490
>>60489
Mais vous faites exprès de sortir tous les clichés débiles ou vous êtes vraiment des trouducs ?
>> 60491
>>60489
Il pensait à Fernande mais c'était à Lulu qu'il avait affaire.
>> 60492
Fichier 153933249614.png - (541.71KB , 800x600 , 136276933223.png )
60492
>>60490
Je pense, oui.
>> 60494
Les expériences comme PO arrivent parce que l’ambiguïté du sexe et le désir mimétique (ou biologique selon d'autres mais la finalité est la même). On a élargi la notion de viol à un degré qu'on ne saisissait pas auparavant mais combien d'histoires de meufs ou de mecs qui se sont laissé aller face à un partenaire à l'esprit d’initiative trop poussé, sur le moment ça peut même être jouissif, c'est dans l'épiphanie post-coïtale que ça dégénère et effectivement c'est le genre d'expérience qui peut ravager les neurones pour un certain bout de temps. Hé oui.

Voilà j'essaye de rester pédagogue pour le coup en supposant que c'est essentiellement du troll, parce qu'Acri est remplie de gens intelligents et honnêtes n'est-ç'pas ?
Mais pour être honnête, quand j'entends quelqu'un relativiser ce genre d'expériences, qui ne sont ni pleinement des viols avec violence physique, ni des relations amoureuses pleinement consenties, j'ai envie de foutre des claques.



J'ai pas envie de déprimer PO, mais j'ai un ami qui a eu le même genre de problème avec une fille nympho/histrionique, c'est effectivement très difficile de s'en débarrasser.
Tu devrais pê le confesser à ta maman, en essayant de nuancer le vocabulaire victimisant (sinon ça rentre pas dans le cerveau), et en expliquant que cette fille t'a chopé par la bite avant que t'aies vraiment eu le temps de réagir et que dans le fond tu cherches plutôt à l'éviter. J'ose imaginer que ta daronne réagira en bonne pâte bon sens et ça évitera sans doute en premier lieu que tu ne la retrouves l'année prochaine à ton camping.

Après faudra que tu thérapises, soit avec de l'aide, soit sans. L'intervention de >>60479 est très saine, mais j'ai un biais personnel qui me fait douter de l'efficacité des "associations" dans ce domaine. Idem pour ce qui est des forces de l'ordre. Enfin c'est à toi de voir.
Je préfère être honnête, dans ton cas il n'y a rien ni personne qui t'aidera si les choses doivent dégénérer et qu'elle décide de faire la guerre, t'as intérêt à t'armer intérieurement contre le torrent de merde que tu vas recevoir, surtout socialement.
>> 60498
>>60477
Je serai aussi pour la confrontation directe. Par message, dans un premier temps. Lui faire comprendre qu'elle t'a salement blessé par son acte.
Consulter un psy, on le dira jamais assez.
Et, quand même, ne pas t'empêcher de vivre, car tu vas nourrir un cercle vicieux qui peut descendre très bas.
>> 60499
Toutes les femmes ne sont pas comme ça.
>> 60500
>>60499
On ne dit pas le contraire kho. Il y a un juste milieu entre être un incel coincé dans ses névroses persuadé de devoir se battre contre une armée de sorcières
et de l'autre côté devoir être un féministe "à-tout-propos" qui à chaque fois qu'une telle expérience arrive, se sent soit obligé de faire du relativisme à coup d'analyse sociale à côté de la plaque.


Il y a des meufs, au mieux maladroites, au pire toxiques, ça peut arriver, faut agir en conséquence.
>> 60501
Moi quand une fille a un comportement chelou dans une dynamique de séduction, je repense à toutes les fois où j'ai été chelou moi-même et je me dis que c'est probablement une maladresse partie d'une bonne intention.

Je ne parle pas des trucs maléfiques comme celle qui veut clairement juste se faire payer un verre ou profiter de la richesse matérielle d'un mâle un peu crédule, bien sûr, mais ça je crois sincèrement que c'est plus rare que ce qu'on pense. Ça me rappelle cette anecdote, tenez :

Il y a quelques semaines, en arrivant devant la borne de mon noctilien, je passe à coté de deux filles d'une vingtaine d'années, dont je croise le regard. À ce moment là, dans mon esprit, elles rentrent probablement de soirée tranquilou comme moi, elles ne sont pas sapées comme des filles qui veulent baiser, et donc je retourne à ma conversation désopilante par messages avec mon coloc sans y repenser à deux fois.

Le bus arrive, je me cale sur la barre dans le coin au fond de la zone en face de la porte de sortie. Il n'y a pas grand monde, mais l'une d'elle se met directement à ma gauche et l'autre en face de moi devant la porte, c'est-à-dire que je suis « cerné », si vous voyez comment sont configurés ces bus. Elles se mettent à parler en allemand, au départ elles se disputent sur des nombres entre sept et neuf, puis quelque chose comme « facile, avant deux arrêts c'est bon » ; là, elles se mettent à dire en anglais les banalités habituelles du genre « qu'est-ce que c'est chouette d'être dans une nouvelle ville et de rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux endroits, parler à des inconnus... ». Au fur et à mesure, elles se rapprochent de moi et me font du rentre-dedans physique d'une façon de moins en moins subtile.

De mon point de vue, cette attitude agressive et la conversation de départ dans leur langage pas si secret (allemand LV2 meilleurs lycéens représente) ne peuvent cacher qu'une sombre intention, donc je me mure dans une expression de mépris agacé sans quitter mon futéléphone des yeux, puis quand l'une d'entre elles commence à réellement être trop près, je lui fais un regard scarface et je lui lance « So you're gonna steal my wallet or what ? ».

Là, visiblement sous le choc, son regard descend sur ses pompes, elle se tait deux secondes puis laisse échapper un tout petit « sorry » étranglé. Elles vont enfin s'asseoir et me foutre la paix. Un peu plus tard, je leur jette un coup d'œil et je la vois en train de sangloter en silence dans les bras de sa copine. Mon esprit un peut embrumé a déterminé que j'avais trop envie de pisser et mon arrêt était trop proche pour aller la rassurer, mais en rétrospective ça aurait été une bonne idée.
>> 60502
>>60501
Mais ? Mais oui c'est lui, super-connard !
>> 60503
>>60502
Bah quoi, si l'histoire est vraie j'y vois des filles qui tombent dans le piège qu'être actrices dans la séduction c'est imiter le modèle masculin, alors qu'il faudrait que tout le monde le rejette (tout comme le modèle féminin) et trouve autre chose. Par exemple partir sur une verbalisation explicite mais polie de ce qu'on cherche et en ayant auparavant jaugé prudemment si la situation est adaptée et en gardant un langage corporel respectueux.
>> 60504
>>60503
Mouais. Le modèle de séduction qu'on semble présenter comme le fruit de X années de "repenser nos modes de etc", pour le moment c'est un modèle contractuel. C'est moyen.


Sinon peut être qu'il faut dire aux gonzesses que c'est pas une raison de chialer si elles se sont prises un stop une fois dans le Noctilien. Si j'avais dû finir en sanglots à chaque fois que je me suis fait rencarder par une nana, les Pays-Bas n'existeraient certainement plus.
>> 60505
>>60503
C'est exactement ce que j'ai ressenti sur le moment, qu'elles (surtout celle que j'ai rembarré, qui était accoudée à la barre, tournée vers moi comme l'image d'Épinal du pilier de bar qui dit « Salut poupée ») s'imaginaient que pour plaire à un mec, il fallait avoir le comportement stéréotypé du dragueur de rue lourd type tuto séduction.

Par contre, la verbalisation explicite c'est quasiment impossible à bien faire, et dans la plupart des cas ça signe une grande incompétence dans la communication non-verbale, qui est un tue-l'amour pour la plupart des gens. Ces filles, elles auraient pu attirer mon attention d'une manière un peu plus subtile et commencer un de ces petits jeux de regards et d'attitudes qu'on aime tous avant de me sauter dessus, et peut-être que ça aurait donné quelque chose.

Je pense qu'une raison pour laquelle notre société a du mal avec la séduction, c'est qu'il faut avoir une forme d'intelligence et beaucoup d'empathie pour séduire sans être trop intrusif à un moment ou à un autre, alors que les gens sont de plus en plus mauvais en non-verbal (cf aussi la recrudescence des incivilités) et qu'on perçoit tout de suite la maladresse comme de la misogynie ou du machisme, alors que jadis un mec lourd était juste perçu comme ce qu'il était.
>> 60507
>>60505
>les gens sont de plus en plus mauvais en non-verbal (cf aussi la recrudescence des incivilités) et qu'on perçoit tout de suite la maladresse comme de la misogynie ou du machisme, alors que jadis un mec lourd était juste perçu comme ce qu'il était.
Pas sûr que les gens sont de plus en plus mauvais en non-verbal. Pour ce qui est de la drague, je pense qu'on sous-estime (par peur d'être perçu comme raciste) l'effet du multiculturalisme. La séduction est chaperonnée par tout plein de coutumes et de conventions arbitraires qui sont différentes dans différentes cultures, et quand des gens de différentes origines se rencontrent, ils n'emploient pas les mêmes tactiques ni le même langage. En témoigne article (>2dansavant Vice) où une jeune femme a décidé de discuter avec les « harceleurs de rue », et tu constateras par toi-même que, pour ceux qui viennent d'Afrique du nord, ils ne sont pas nécessairement inadaptés socialement, maladroits ou misogynes, ils sont simplement habitués à des conventions sociales un peu différentes.
https://www.vice.com/fr/article/7bnm8g/jai-di...

Il faut aussi reconnaître que notre civilisation place un tabou important sur la demande de consentement (il est mal vu de demander à une fille si elle veut coucher avec toi) et un tabou encore plus important sur le consentement lui-même (il est mal vu pour une femme de dire oui à quelqu'un qui lui demande si elle veut coucher avec lui, même si elle en meurt d'envie). Je suis convaincu que c'est la principale raison du succès des sites de rencontre. Peut-être qu'il y aurait moins de problèmes si on passait effectivement à un schéma plus contractuel, ce qui ne serait absolument pas nouveau d'un point de vue historique.
>> 60508
>>60507
Il faudrait signer un genre de contrat avant d'avoir des relations sexuelles ? Il me semblait que ça existait déjà ce genre de contrats.
>> 60509
>>60508
Non, on peut comprendre tacitement les relations sociales comme étant une sorte de contrat sans pour autant littéralement signer de contrat...
>> 60510
Fichier 153958166235.jpg - (168.21KB , 500x375 , 686058512350212157-81a88a9e24-jpg.jpg )
60510
>>60509
>qu'est-ce que l'acte de mariage
>> 60511
Le principe de confiance est un acte contractuel en soi si on va au bout du raisonnement.
C'est pas nécessairement rédigé dans le sens légaliste du terme.


 
Raison